Les plus appréciés

Rainbow Danger Club – Treehouse Empire

ParGabriel 27 juin 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Alternative Rock  /  Rainbow Danger Club – Treehouse Empire

Rainbow Danger Club

 / Treehouse Empire


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Alternative RockRockRock Psychédélique

Formation:  Conçu, enregistré, produit et mixé par Taylor Tatsch --- Batterie: Richard Panter --- Chant et compositions: Jesse Munson --- Basse: Taylor Tatsch --- Guitares, orgues: Taylor Tatsch, Jesse Munson --- Harmonie Chant: Taylor Tatsch --- Violon: Jeff Elliot --- Piano: Taylor Autry, Jesse Munson --- Trompette: Joshua Billingsley ---

  • 1. Homemade Rocket
  • 2. Moon Song
  • 3. Stargazer
  • 4. The Art of Forgetting
  • 5. Sleeping Dogs
  • 6. Friend or Foe
  • 7. Treehouse Empire
  • 8. The Day the Earth Stood Still
  • 9. Enduring Love
  • 10. Summer's End
  • 11. Livin' the Dream

Un album pour l’été, une boisson rafraîchissante à la main, allongé au bord de la piscine où bien à la plage les doigts de pieds en éventail. Rainbow Danger Club, car c’est de lui qu’il s’agit, publie son troisième opus et a su me convaincre par la fraîcheur de son petit dernier « Treehouse Empire » .

Car on peut bien parler ici de qualité et de savoir faire, que ce soit au niveau de la superbe pochette que du contenu avec onze titres qui ne souffrent d’aucun reproche. Cet album débute de manière convaincante avec « Homemade Rocket » et « Moon Song » , aux faux airs de Grandaddy, car c’est dans cette mouvance musicale que le groupe évolue ! Mais Rainbow Danger Club trouve sa pleine mesure dans des titres alliant une puissance d’origine folk rock et la finesse mélodique d’un rock alternatif comme « The Art of Forgetting » , « Sleeping Dogs » ou bien « Friend or Foe » qui proche d’un Calexico donne l’occasion à la trompette de Joshua Billingsley d’illuminer le titre.

« Treehouse Empire » contient aussi quelques riffs bien acérés « The Day the Earth Stood Still » le prouve de belle manière, histoire de nous faire relever nos yeux remplis de sommeil. Sans oublier le clin d’œil, certainement fortuit à Queen, avec « Enduring Love » où les chœurs et la mélodie rappellent le groupe de Freddie Mercury. Pour terminer Le diaphane « Livin’ the Dream » qui respire la délicatesse et la légèreté clôt superbement l’album.

Amoureux de belles mélodies, certes faciles et peut-être sans surprise pour les amateurs de rock progressif, ce « Treehouse Empire » et fait pour vous. Bon, ceci étant dit, je remets mon casque sur les oreilles et je vais rejoindre mon transat !


Genres:
  Alternative RockRockRock Psychédélique
Visiter le site de Rainbow Danger Club
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (528 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.