Zopp

Par

(4.7 sur 5) / Bad Elephant Music
Categories
Jazz-Rock Rock Progressif

Compositeur et multi-instrumentiste, Ryan Stevenson, a beaucoup œuvré dans la musique de films et de documentaires. Depuis une dizaine d’années il mûrit l’idée de lancer un album dans le style Canterbury cher à des groupes déjà anciens tels que Soft Machine, Caravan, Gong, Hatfield And The North, National Health, Egg, pour en citer quelques-uns.

Pour ce tout nouveau projet, quelques musiciens entourent Ryan, dont Andy Tillison (The Tangent) et Andrea Monetta (Leviathan – Italie). Style Canterbury donc, alliant prog, jazz, musique expérimentale … musique fusion finalement. Avant d’écouter de quoi il retourne, un petit coup d’œil sur la pochette qui décline sur 16 figures la transformation continue d’une théière en un scorpion. Intéressant. Mais plutôt que de se replonger dans les affres des cours de topologie, passons à la musique !

On commence par le très court et caractéristique « Swedish Love » qui sur quelques mesures donne un bon condensé de ce que l’on va entendre par la suite. Vient le nettement plus développé « Before The Light », rythmé et mélodieux à souhait. Orgue très présent, harmonies jazz, basse trépidante. Excellent. Dans un esprit pas très éloigné du précédent, « Eternal Return » utilise les mêmes recettes : mélodies sophistiquées, changement de tempo.

Courts moments un peu plus calmes avec l’obsédant « Sanger », et le superbe et contemplatif « Sellanrå » qui décline son rythme à 6 temps avec un piano lancinant. « V » déroule sa mélodie sur un tempo imperturbable ponctué d’accord répétés, très prog des années 70.

image
Ryan Stevenson – Zopp

On passe à « Being And Time » plus sombre, et à l’excellent « Zero » avec sa deuxième partie et son orgue inquiétant !

« The Noble Shirker » est de loin la piste la plus développée de l’album et reprend avec bonheur les recettes déjà utilisées dans tout l’album. Un peu de sax vient s’ajouter à l’ensemble.

Mellotron, orgue Hammond ; Korg et autres synthés à profusion, rythmes et enchaînements harmoniques complexes, pour une musique qui demeure parfaitement intelligible. Bref, il y a longtemps que je n’avais pas entendu un son pareil. Si vous aimez les groupes cités plus haut, si vous aimez la musique superbement élaborée, Zopp(*) vous ravira !

(*) disponible sur Bandcamp à partir du 10 avril.

Formation du groupe

Ryan Stevenson: Claviers, Mellotron M4000D, orgue Hammond, synthétiseur analogique Arturia, orgue Korg CX-3, piano, Hohner Pianet T, guitares basses et électriques, synthé Nord Electro, voix, conception sonore, bruits, enregistrements sur le terrain , percussions - avec: Andrea Moneta: Batterie, percussions - Andy Tillison: Piano supplémentaire (6), orgue Hammond supplémentaire (3), - Traitement Leslie (2, 5, 6), coproduction (3, 6, 9) Theo Travis: Flûte (6) - Caroline Joy Clarke: Voix (1, 7, 8) - Mike Benson: Saxophone ténor (9)

🌍 Visiter le site de Zopp →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *