Kay & Gerda

Par

(5 sur 5) / LYNX Music
Categories
Rock Progressif

Dès le premier morceau, le décor est planté, compositions aux parfums évanescents, effluves troublantes et planantes viennent à nouveau enchanter nos oreilles, le nouveau tRKproject (The Ryszard Kramarski Project) est de retour avec « Kay & Gerda » (The Snow Queen) qui s’inspire du travail du conteur et romancier Andersen. On ne présente plus Ryszard Kramarski, initiateur du projet, claviériste, compositeur, fondateur et leader de Millenium.

L’originalité de « Kay & Gerda », plus que singulière, est de proposer un double album de sept titres à l’identique sur les deux disques, il y a donc les mêmes chansons, mais interprétées par des personnes différentes Karolina Leszko sur le CD1 (Gerda), et pour le CD 2 Dawid Lewandowski (Kay).

Et la magie opère dès l’ouverture, avec le somptueux et mélancolique « The Shards Of Glass », la musique progressive et symphonique de ce titre nous berce et nous emporte au-delà de nos espérances. Ce « Kay & Gerda » oscille entre, les envolées planantes du Floyd et les arabesques mélodiques d’un Marillion, et ce n’est pas  « Gerda’s Song » qui démentira ce ressenti, perle jaillissante parmi les dix titres, elle est à la fois lumineuse, fluide et hypnotisante, le chant de Karolina portant à son paroxysme la beauté de la mélodie, je l’avoue, ce morceau m’a fait craquer !

tRKproject produit un progressif qui a ingurgité ses essences principales et qui les retranscrits tout simplement à l’image de ce « Garden Of Oblivion » qui aborde les rivages que le claviériste Ryszard affectionne tant. Un voyage captivant à travers un spectre d’émotions et de sons sublimes, les instruments sont à la fête et s’associent avec une aisance redoutable, tout y est, claviers majestueux et soli de guitares à tomber à la renverse, bref que du bonheur. Pas de temps mort on enchaîne avec l’instrumental « The Crow and The Castle » qui navigue dans les eaux limpides d’un Ayreon pour passer sans transition sur l’énergique « Little Robber Girl » et les ingrédients magiques sont toujours là, nuages de claviers vintage, ligne mélodique imparable entrecoupée de breaks redoutables, il transcrit avec une justesse confondante l’atmosphère du conte d’Andersen. Très mélodique mais sombre, arrive « Long Way North » aux allures de kaléidoscope féerique où s’entrecroisent riffs acides et refrains aiguisés, puis le final « Snow Queen Palace » qui partage une nouvelle fois avec les autres titres de l’opus ce sens de la mélodie indiscutable, une composition de tout premier ordre. Le versant symphonique de tRKproject y est développé plus que de coutume, et on se délecte de ce goût sûr pour une musique intemporelle à la richesse infinie des parties de guitare et de synthés.

Pour le CD 2 chanté par Dawid Lewandowski (Kay), les compositions étant semblables, la différence se fait exclusivement sur l’interprétation de ceux-ci. La même vision grandiose est toujours de mise, et je ne ferais aucun reproche ni à Karolina ni à Dawid qui mettent tout leur savoir faire dans l’exécution de chacun des titres. Alors ? Tout est une affaire de goût, les des deux CD affichent évidemment une couleur différente et chacun d’entre nous appréciera suivant son humeur l’un ou l’autre. Certains morceaux se détachent mieux avec une voix féminine ou masculine, c’est le cas, à mon avis tout personnel, pour le « Gerda’s Song » interprété par Karolina et « Long Way North » chanté par Dawid, mieux adaptés à leur tessiture de voix.

Tout simplement, humblement… Je confirme qu’à l’écoute de cet album sa musique à tout pour séduire l’amateur de prog que je suis, et qui affectionne tant ce progressif soyeux et non intrusif ! « Kay & Gerda » procure un véritable régal à son écoute et l’on prend plaisir à tourbillonner dans les méandres lumineux de ce disque passionnant de bout en bout. tRKproject rejoint le cercle fermé des formations de rock progressif qui ont de la consistance et vraiment quelque chose à dire, tout ce qui façonne les grands groupes !

Formation du groupe

Ryszard Kramarski (Millenium) - claviers, guitares acoustiques - Marcin Kruczek (Moonrise, Nemesis, Hipgnosis) - guitares - Grzegorz Fieber (Loonypark, Padre) - batterie, percussions - Krzysztof Wyrwa (Millenium, Metus, Jerzy Antczak / Georgius) - basse - Karolina Leszko - Chant Gerda - David Lewandowski (Fizbers) - Chant Kay -

🌍 Visiter le site de tRKproject →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Phoenix

Par Vasko Atanasovski Adrabesa Quartet

3.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *