Golden Fragments

Par

(4.5 sur 5) / Force Ten Productions
Categories
Rock Progressif

Fragile, comme son nom l’indique, a évidemment beaucoup à voir avec YES, puisque depuis les années 1990 il en est le tribute band européen. Jouer la musique des autres  – après tout c’est ce que font les musiciens dits classiques, et celle de YES n’est sans doute pas la plus simple à interpréter – est une grande et belle chose, mais pourquoi pas jeter ses propres idées sur papier musique ? Et bien c’est chose faite avec un premier album « Golden Fragments ». La pochette de l’album est une magnifique peinture, Sky Castle, réalisée par l’américain Steve Mayerson. Sans doute un premier clin d’œil, graphique celui-là, en direction de Roger Dean, qui a enchanté les plus anciens d’entre nous avec nos premières galettes vinyles de YES et d’Asia. Evidemment on se pose immédiatement la question : cet album est-il du YES-like ? Et bien non ! Bien sûr les clin d’œil abondent et on reconnait sans peine au détour d’un morceau quelques notes ou sonorités plus qu’évocatrices.

La première piste juxtapose 2 parties / morceaux assez distincts – « When Are Wars Won?/Surely All I Need », puissamment symphoniques où l’on découvre la superbe voix de Claire Hammil, et la science instrumentale du groupe. Une belle transition à la guitare acoustique nous emmène sur le passage final aérien au possible, assez chargé d’émotion. Ca commence très fort je trouve.

« Blessed By The Sun/Hey You And I And » débute par un intro avec des accords de synthés particulièrement réussis, puis la voix de Claire Hammil se lance dans une montée chromatique tout aussi réussie. Ce refrain incantatoire sera repris plusieurs fois, avant une fin instrumentale assez débridée, et qui se ménage aussi une jolie montée chromatique aux claviers pour conclure.

« Five Senses », de moindre importance, avec son rythme très soutenu, plus rock, ne vous laisse qu’une toute petite respiration en son milieu, avant de repartir à toute allure. Beaucoup d’élégance dans « Heaven’s Core », qui fait la part belle à la guitare et au piano, et à la voix de Clive Bayley. élégant et lumineux ! « Open Space » est le prétexte à un court interlude de guitare acoustique, sans prétention, mais offrant une belle respiration.

« Time To Dream/Now We Are Sunlight » … là, le clin d’œil à « Close To The Edge » (le célèbre morceau de qui vous savez) est énorme ! La voix de Claire Hammil, discrètement secondée par celle de Clive Bayley, vous emmène une nouvelle fois très loin et très haut. Seconde partie instrumentale assez débridée, qui se termine en un decrescendo planant à souhait. « Old Worlds And Kingdoms/Too Late In The Day », lance un thème au piano, qui se termine par un court passage rapide directement emprunté à l’intro d’ « Awaken ». Démarre alors un chant héroïque qui sied à merveille à ces anciens mondes et autres royaumes. Et puis tout s’apaise avant de terminer dans l’allégresse initiale.

Si l’influence de YES est plus que palpable, « Golden Fragments » n’est pas un à la manière de … Inspiration n’est pas imitation. J’ai beaucoup parlé des chanteurs mais je m’en voudrais de ne pas citer Oliver Day, Max Hunt, Russ Wilson qui font … le reste ! Un très beau style symphonique, brillant et sophistiqué, … somptueux !

Formation du groupe

Claire Hamill (Chant) - Oliver Day (Guitares) - Russ Wilson (Batterie / Percussions) - Max Hunt (Chant, Claviers, Basse, Guitare, Percussions) - invité spécial : Clive Bayley (Mabel Greer's Toyshop) sur Heaven's Core & Time to Dream / Now we are Sunlight

🌍 Visiter le site de Fragile →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *