Black Haze

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Crossover Prog Rock Progressif Rock Psychédélique

Premier constat à l’écoute de Black Haze, Lloyd a pris de l’assurance depuis leur dernière production, l’EP ‘Shelter’ Lloyd Project. Celui-ci fort d’une belle maturité dans l’écriture de ses compositions prend le parti de nous présenter une image complexe et multifacette de sa musique.

Rendre compte dans sa totalité de Black Haze relève du défi tant l’album est riche en moments forts et diversifiés. Il propose 11 compositions qui illustrent parfaitement bien la capacité des trois musiciens à pratiquer le mélange des genres, avec des incursions dans la musique progressive et le rock alternatif, s’en oublier la qualité des mélodies. Lloyd me rappelle fortement, par certains côtés, la musique de Biffy Clyro, pour cela il suffit d’écouter « Wild Trip » pour en être persuadé.

Le groupe ayant plusieurs cordes à son arc les longues pièces que l’on peut apparenter au rock progressif sont bien présentes : Elles débutent avec « Dreams Overture », frisant les dix minutes, qui démarre par des accords épais et lourds puis progresse peu à peu vers des notes de guitares incisives et hypnotisantes. L’auditeur est propulsé dans un morceau de bravoure sonore, au rythme soutenu, déversant de vrais climats dans un style néo prog que parcourent des riffs percutants, où se mêlent nervosité et mélancolie. Le titre éponyme ainsi que « Prince of Clouds » et le superbe « Delirium » sont plutôt lents avec de longs passages instrumentaux qui alternent claviers et soli de guitares, des interventions qui s’inscrivent dans les schémas classiques du genre progressif. Les mélodies sont très bien trouvées, et explorent de nombreux versants musicaux jusqu’à aborder dans le titre final, « Delirium », des incursions franches dans le rock progressif symphonique.

Les plages plus typées rock alternatif offrent davantage de variations de rythmes avec des refrains plus enlevés donnant aux compositions une évidente spontanéité. Au titre des morceaux les plus intéressants, on trouve « Not a Dreamer » et « « Wild Trip » qui se démarquent vraiment. Deux autres pistes, « Anger » et « I Leave » flirtent quant à elles avec un hard rock mélodique.

Bilan plus que positif pour Lloyd, Black Haze est doté d’une mise en œuvre et d’une technique irréprochable, un chant toujours agréable et bien placé, des compositions variées. Au final Black Haze est un album que l’on peut conseiller non seulement aux amateurs de prog, mais aussi à tous ceux qui sont friands de bonne musique !

Formation du groupe

Alexis Lloyd : Chant lead, guitare - Loris Lloyd : Piano, claviers, chœurs - Antoine Lloyd : Batterie, chœurs

🌍 Visiter le site de lloyd →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Erebus

Par Returned To The Earth

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *