Silence Between Sounds

Par

(4.25 sur 5) / Autoproduction
Categories
Atmosphérique Rock Progressif

Troisième album pour Karmamoi, le groupe italien, « Silence Between Sounds » en raison de changements de line-up, a pris plus de deux ans à être réalisé.
Karmamoi pour l’enregistrement de cet album est en format trio, le groupe est sans chanteur officiel, et a décider de faire appel à de nombreux interprètes pour pallier à ce manque, ce qui va donner différentes couleurs au morceaux présents sur ce CD.

Le groupe à quand même gardé sa marque de fabrique, une ossature rock progressif faite de mélodies simples et précises faisant références aux années 70/80, et d’incursions jazzy, le traitement de chaque titre part de cette idée. On s’en aperçoit, dés le premier titre « Silence Between Sounds » et sa courte introduction diaphane au piano de 1,40 minute, suivie de « Nashira » qui poursuit la mélodie aérienne avec la belle voix de Sara Rinaldi féline et sensuelle, frissons garantis, puis jaillissent un foisonnement de breaks, sources d’interventions instrumentales tantôt virevoltantes tantôt calmes, sur plus de neuf minutes. les trois musiciens fignolent le détail et tissent une toile musicale fine et légère. « Atma » s’inscrit dans cette démarche, ambiances mystérieuses et brumeuses, puis aux antipodes, remise des pendules à l’heure avec l’instrumental « Sirio » un rock néo progressif swinguant mais classique. Toujours cette touche jazzy pour « Martes » un titre qui s’inscrit dans une mouvance beaucoup plus actuelle, à la frontière du rock progressif, une mélodie douce, évanescente et élégante.

Karmamoi n’a pas changé, mais il poursuit lentement sa transformation « Plato’s Cave » en est le plus belle exemple, sur une atmosphère moite et profonde, la magnifique voix déchirée de Sara débarque en force, pour une belle progression naturelle et focalise l’auditeur sur sa partie magnifiquement interprétée, les instruments s’effaçant sur une superbe trame mélodique, sûrement le morceau le plus emblématique de « Silence Between Sounds » .

Chant grave et suave, Serena Ciacci interprète à merveille, mais dans un format plus conventionnel, un « Lost Days » , doté d’une mélodie limpide et riche en images. Pour clore cet opus, un morceau imprégné d’une atmosphère plus pesante, « Canis Majoris » , une musique plus électrique, progressive dans sa construction, abordant sans complexe les poncifs du genre avec réussite. Cet enchaînement de climats développé, laisse tout le loisir d’apprécier, une fois de plus, les qualités vocales de Sara Rinaldi, qu’elle soit cassée ou implorante, la voix de celle ci est toujours chargée d’émotion.

On peu dire de « Silence Between Sounds » qu’il emporte l’auditeur dans un album aux multiples facettes, efficace et profond !

Formation du groupe

Alessandro Cefali (Basse) --- Alex Massari (Guitares) --- Daniele Giovannoni (Claviers / Batterie) --- Fabi O Tempesta (Guitares / Invité), Hellena (Chant / Invité), Irene Morelli (Chant / Invité / Soprano), Lara Bagnati (Invité / Flute), Luca Uggias (Invité / Piano 'atma' Et 'silence Between Sounds'), Maria Rodriguez Reina (Invité / Cello), Sara Rinaldi (Chant / Invité), Serena Ciacci (Chant / Invité)

🌍 Visiter le site de Karmamoi →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Erebus

Par Returned To The Earth

4 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *