The Echo of a Distant Past

Par

(5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Drowning Steps est un projet brésilien. Au départ, c’était une intention solo de Caio Claro en 2016, mais en 2018, le projet est devenu un duo avec l’arrivée de Tiago Pierucci. Entourés d’une pléiade d’excellents musiciens ils publient aujourd’hui « The Echo of a Distant Past ».

Le premier titre « The Source of Imagination », un instrumental dont la musique y est toute en nuance, orgue majestueux, synthés limpides et guitare sèche nous accompagne tout du long, sur une mélodie facile et simple. Ce n’est que du bonheur de se laisser ainsi transporter et de revisiter, durant ces 3:51 minutes, ce qui fait le charme du rock progressif.

La suite de l’album révèle un véritable chef d’œuvre : « Gold Through My Eyes », Une introduction impétueuse aux claviers suivie d’une lente montée très progressive sur un son limpide rendant chaque détail audible. Un véritable morceau d’anthologie qui séduira tout bon amateur de prog, le chant de Caio Claro apportant à l’ensemble volupté et finesse. Il y a bien longtemps que je ne m’étais pas délecté à ce point à l’écoute d’un titre, le duo brésilien frappe très fort !

image
Caio Claro & Tiago Pierucci

Troisième plage tendance Marillion avec « Where Is My Life », Drowning Steps nous conforte sur l’excellente qualité de la galette. Un titre assez intimiste alternant bien passages chantés, ceux instrumentaux et planants. Hyper inspiré et irréprochable sur le plan mélodique, on appréciera particulièrement sur le final les envolées de claviers aux sonorités vintage, splendide ! Et ce n’est pas fini, arrive à pas feutrés « The Inner Silence » sur un mid-tempo langoureux et particulièrement jouissif, grâce à l’omniprésence des synthés. Le titre affirme le génie en écriture des compères et prend sa place de manière évidente dans la progression de l’album. Mélancolie, volupté, douceur et calme sont au rendez vous pour « Affected », et l’on en vient à regretter que le morceau ne dure pas plus longtemps. Décidément Drowning Steps ne relâche aucunement la pression et nous assène un final grandiose de plus de 9 minutes. Tous les ingrédients du genre progressif sont bien présents dans « The Echo of a Distant Past », l’introduction aux accents Floydiens se transforme lentement avec une magnifique montée en puissance. Le chevauchement de passages enlevés et calmes, soulignés par un chant velouté apportent un beau caractère aux climats de cette musique qui pourrait sembler provenir d’un passé lointain, mais qui démontre de belle manière l’intemporalité de celle-ci et s’avère de tout beauté.

A vrai dire, il est impossible dans ce « The Echo of a Distant Past » de mettre en avant tel ou tel morceaux des six présents, tellement ils forment une homogénéité parfaite. Drowning Steps a de l’inspiration à revendre, produit des atmosphères tour à tour puissantes et délicates et prodigue une interprétation impeccable, en bref, il nous signe là une parfaite réussite !

Formation du groupe

Caio Claro: Chant, guitare acoustique, guitare nylon solo (piste 3), guitare électrique (pistes 2, 6) - - Fabricio Mendonca: Batterie, percussions - - Henrique Oliveira: Guitare électrique (piste 2) - - Leonardo Goncalves: Guitare basse (pistes 2, 4) - - Leo Skinner: Guitare basse (piste 6) - - Tiago Pierucci: Claviers, synthétiseurs, effets, orgue, piano, voix de fond (piste 2) - - Vinicius Batista: Guitare électrique (pistes 4, 6)

🌍 Visiter le site de Drowning Steps →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

La Tierra

Par Bernard and Pörsti (The Samurai Of Prog)

4.7 sur 5

Giants

Par Days Between Stations

4.3 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *