Twilight

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif Rock Symphonique

Les Drifting Sun et leur leader Pat Sanders remettent le couvert, après l’excellent « Safe Asylum » parue en 2016 (https://progcritique.com/2016/06/drifting-sun-safe-asylum/) et « Trip the Life Fantastic » en 2015 (https://progcritique.com/2015/05/drifting-sun-trip-the-life-fantastic/) . Leur nouvelle publication se nomme « Twilight » et bénéficie comme à l’habitude d’un packaging des plus soigné. Souvenez-vous, pour la petite histoire que  Drifting Sun est un groupe issu de la fin des années 90, qui s’est mis en sommeil avec une coupure de près dix sept années et qui a décidé après cette longue absence de reprendre, pour notre plus grand plaisir, du service en 2015.

« Twilight » a l’apanage d’un bon album et un peu plus à chaque écoute il s’insinuera doucement mais sûrement dans votre cerveau, jusqu’à ne plus pouvoir l’enlever de votre platine. L’album développe un rock progressif intime, chaleureux et abouti. Evidemment, « Twilight » ne va pas bouleverser la musique progressive, c’est sûr, mais Drifting Sun arrive à se démarquer par une approche souvent plus mélodique et ample des compositions, en plus symphonique aussi et qui lorgne du côté de groupes comme Arena, IQ et pour les plus anciens Alan Parson.

Un bel éclectisme ce dégage des huit compositions et l’ensemble semble bâti sur une mise en exergue et une valorisation particulière de chacun d’entre eux. La musique de Drifting Sun s’ouvre sur le titre éponyme « Twilight » où les atmosphères savent être moites et profondes, où de nouvelles références musicales, un clin d’œil notamment vers Queen, apparaissent et élargissent le spectre sonore du groupe. La suite de l’opus confirme que Drifting Sun a composé un album haut en couleurs, riche en belles balades musclées à la manière de « Wings of Hope » et des fresques progressives aux refrains accrocheurs comme « Mystery of Lies » et « Summer Skies  » . Le point d’orgue étant le symphonique et entêtant « Outside » , mélodique et ambitieux, pourvu d’un démarrage grandiose et d’un final exaltant, dans la plus grande tradition du rock progressif. Pour terminer l’album, le titre « Remain » porte le coup de grâce, avec ses envolées instrumentales complètement débridées.

« Twilight » un album musicalement irréprochable, qui s’écoule de bout en bout et qui devrait vous faire passer d’excellents moments !

Formation du groupe

Peter Falconer / Chant --- - Mathieu Spaeter / Guitares --- - Pat Sanders / Claviers --- - Manu Michael / Basse --- - Will Jones / Batterie

🌍 Visiter le site de Drifting Sun →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *