Pictures From The Other Side

Par

(4.4 sur 5) / Tiger Moth Records
Categories
Rock Progressif

Pour ce nouvel album de Cyan, Robert Reed et ses musiciens (Pete Jones, Luke Machin, Dan Nelson, Angharad Brinn) revisitent l’album éponyme de 1994, le deuxième album du jeune groupe de l’époque. Dans le même esprit que pour For King And Country, l’album original est considérablement revisité et retravaillé, le son modernisé, pour mettre en lumière une musique qui mérite amplement une nouvelle vie. Je ne vais pas m’amuser à comparer les deux versions et me bornerai à constater que deux morceaux de l’œuvre d’origine n’ont pas été repris ici.

Première épopée, « Broken Man » met en avant la voix très chaleureuse et parfaitement identifiable de Pete Jones, souvent secondé par la non moins belle voix d’Angharad Brinn. Qui dit épopée dit bien sûr richesse instrumentale et contrastes musicaux. La ballade de 1994 s’en trouve ici considérablement enrichie. Pour suivre, la piste-titre, plus conventionnelle, est un pop-rock assez classieux, rehaussé par d’intéressantes incursions du sax.

« Solitary Angel », sombre mais pas trop, évoque quelque morceau de Marillion, période Hogarth.

image

Certes pas la pièce la plus spectaculaire, le magnifique « Follow The Flow » semble avoir de tous temps été écrite pour Pete Jones, tant l’osmose est parfaite, le tout délicatement accompagné par les très belles harmonies pianistiques de Robert Reed et la voix haut perchée d’Angharad Brinn.

« Tomorrow’s Here Today » débute sous la forme d’une chanson lente et mélancolique, délicatement accompagnée par Luke Machin à la guitare acoustique. Cette entame culmine avec la voix féminine sur un passage plus puissant, avant de laisser les instrumentistes se déchainer sur un tempo rapide et la basse virevoltante de Dan Nelson. Le retour à l’ambiance acoustique du début prend peu à peu une tournure grandiose allant crescendo, et puis tout s’arrête sur quelques accords pianissimo.

Pour le long et étrange final, Nosferatu, un choix musical différent s’imposait sous forme d’un neo prog sombre et puissant. On entend d’ailleurs Pete Jones dans un registre inhabituel. Nous sommes ici plus près de Pallas que de Genesis ! Le passage central, plus rapide, donne une nouvelle dynamique à ce long morceau, et sans doute un peu de légèreté. La toute fin, grandiose, fait carrément un clin d’œil à Carl Orff !

Revisiter ses propres œuvres de jeunesse n’est pas chose aisée, surtout quand on connait l’intense parcours musical et l’abondance de projets discographiques de Robert Reed. Pictures From The Other Side (*) bénéficie d’une lecture et d’une production modernes et d’excellents musiciens. Voilà encore un coup gagnant pour ce retour vers le futur (à moins que ce ne soit l’inverse …) !

(*) https://magenta.bandcamp.com/album/pictures-from-the-other-side

Formation du groupe

Robert Reed : claviers, chœurs - Luke Machin : guitares - Peter Jones : chant, saxophone, whistles - Angharad Brinn ; chœurs - Dan Nelson : basse

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *