Codice C

Par

(4.4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Ma deuxième chronique de cette semaine reste définitivement du côté de l’Italie pour évoquer le projet de Gianluca Capitani (batterie) et Danilo Cherni (claviers), deux musiciens transalpins plutôt expérimentés, si je m’en réfère à leurs biographies. Pas besoin de grandes explications sur leur nom de code, « C ». Première écoute et déjà aucun doute, cet album sera en bonne place dans ma discothèque : variété des atmosphères entre énergie et rêverie, instrumentation riche, belles mélodies, harmonies complexes … Musique intello ? Et bien non, parfaitement intelligible et agencée !

Le premier titre « Light », bien que chanté en anglais, m’évoque directement le style et les sonorités du Rock Progressivo Italiano. Très bonne entame ! « One Day More » après son intro acoustique, alterne passages calmes et musclés, dans un style assez héroïque. Changement brutal d’atmosphère, « The Core » égrène une sombre mélopée violonistique sur un ostinato pianistique de 8 notes pour nous emmener sur une superbe ballade vocale. Retour de l’ostinato et de l’étrange atmosphère du début, avec un piano évoquant quelques tournures debusssyennes, et, si mes oreilles ne me trompent pas avec quelques notes de trompette pour terminer. Du grand art assurément !

De forme plus classique, le lumineux « Once In A Lifetime » alterne couplets en mode mineur et refrain en majeur. Classique mais efficace ! Moins classique, la dernière minute du morceau est franchement psychédélique et nous emmène sur « Chemical », 4 minutes de musique quasi répétitive et lancinante. 4 autres minutes d’harmonies recherchées et chant féminin pour la ballade « H2O ».

« Seventy Days » nous gratifie d’une nouvelle incursion violonistique, qui débouche rapidement sur l’un des passages les plus musclés de l’album. « Energy » lance un motif introductif hyper rapide à la guitare, doublé à l’orgue, aux accents un peu orientaux. De l’énergie on n’en manque pas en effet, jusqu’à un très bel intermède de 45 secondes au synthé avec imitation des cordes de l’orchestre, délicatement harmonisé. On enchaine sur une superbe ballade voix et piano, et on termine sur une reprise du début.

« Dream Or Reality », la conclusion héroïque et lumineuse de cet album, est de ces morceaux qui vous donne à l’écoute l’impression que rien ne pourra vous atteindre !

Il va quand même me falloir quitter, au moins provisoirement, l’Italie … sans oublier bien sûr cet excellent « Codice C », son duo gagnant accompagné de près d’une vingtaine d’autre musiciens transalpins, et son style musical quelque part entre prog traditionnel et fusion. Ciao !

Formation du groupe

Gianluca Capitani - Batterie Danilo Cherni - Claviers -- Avec : Fabio Pignatelli, Giacomo Anselmi, Andrea Casali, Claudio Corvini, David Pieralisi, Marco Caudai, Maurizio Perfetto, Adriano Lo Giudice, Giulia Stefani, Greta Di Iacovo, Damiano Borgi, Frank Corigliano, Frank Marino, Gianluca Mastrangelo, Marco Dea. Daniele Marcelli, Emanuel Elisei, Francesco Marquez.

🌍 Visiter le site de Codice C →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *