The Breath Of The North

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Symphonique Rock Progressif Rock Symphonique

Breeze fut fondé du côté de Hanovre en 2000 par Ottfried Mietzke (guitares, basse, claviers) et Hansi Arnold (batterie). Deux décennies plus tard, je découvre « The Breath Of The North », cinquième opus du groupe. Une première écoute et je découvre un musique assez puissante et lyrique. On ajoute à cela la tessiture de soprano de Lea Diekmann, et le tout évoque Nightwish. En fait un duo se partage les vocaux sur les 10 pistes de l’album, l’autre protagoniste étant Jörg Piron, ce qui donne plus de variété à la musique.

Quand j‘évoquais Nightwish, la piste-titre nous fait justement entendre Lea Diekmann et nous plonge directement dans cet univers prog-metal gothique un peu inquiétant. « The Enchanted Fountain » apporte de nouvelles sonorités avec sa délicate guitare, une musique plus lumineuse et la voix calme et posée de Jörg Piron qui ne cesse de se questionner avec ses Who am I / Where do I go. Un beau moment assurément. Lyrisme et symphonisme puissant sont à l’œuvre sur « A Journey », « Kingdom Of Fire » et « The New World ». Sur ce dernier, l’intro toute simple guitare acoustique / voix féminine est particulièrement poétique.

image

« Dancers at Dawn » et son rythme à 3 temps abaisse la tension musicale et vient donner un peu de légèreté et d’apaisement qu’on retrouve également dans « Heart Of Glass » et « Wheels Of Time », avec de beaux passages acoustiques et à nouveau les vocaux très travaillés de Lea Diekmann.

« Dragon Rider » est un peu trop prog métal pour moi, mais tout cela reste assez mélodieux. La piste finale « Next To The Abyss », et ses 12 minutes résume assez bien tout l’album. L’inquiétante intro aux synthés débouche sur un duo guitare / voix masculine, elle-même parfois doublée à l’octave aigüe par la voix féminine. L’effet musical de cette dernière piste est assez saisissant, et me fait penser à l’atmosphère de la Cathédrale Engloutie de Debussy (version hard rock !) : quelque chose de grandiose, mais qui reste sombre et mouvant, loin sous l’eau. Pas de doute cela restera ma piste favorite de l’album.

« The Breath Of The North » déploie une musique mi-symphonique / mi – prog metal qui n’est pas a priori le genre que j’affectionne le plus (en clair je ne suis ni fan de Nightwish, ni d’Ayreon et consorts), mais il faut bien de temps à autre sortir de ses zones de confort musical, sinon comment évoluer ? Il y a d’excellentes choses dans la musique de Breeze, un souffle, un lyrisme (les vocaux sont excellents, entre autres) et si la musique évolue très majoritairement dans des tonalités mineures, elle n’en est pas moins d’une écoute plaisante. Sans doute un peu plus de concision (près de 72’ au total) donnerait plus de force à la musique en ne conservant que l’essentiel ?

Formation du groupe

LEA DIEKMANN : Chant - JÖRG PIRON : Chant - OTTFRIED MIETZKE : Claviers, Guitares, Arrangements, Programmation de batterie - HANSI ARNOLD : Batterie, Choeurs

🌍 Visiter le site de Breeze →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *