A Day at the Beach

Par

(5 sur 5) / Karisma Records
Categories
Rock Progressif

Quatre ans après “Disconnected”, le cinquième album d’Airbag, « A Day at the Beach » sera publié le 19 Juin sur Karisma Records. Il propose six nouvelles chansons enregistrées à l’automne et à l’hiver 2019-20. Inspiré par la résurgence de la musique électronique des années 1980, de la nouvelle vague et des B.O. de films. Le concept : Une histoire racontée par un mari, un père et un frère laissant sa famille dans un avenir inconnu. C’est le contraste entre l’individu désespéré qui lutte pour survivre et les personnes au pouvoir qui l’observent à distance.

Le nouvel album d’Airbag se révèle être dépouillé et intimiste. Calme mais jamais vraiment serein, cette musique qui puise ses influences dans les années fastes pour le progressif, et notamment celles du Floyd, perpétue la tradition prog, mais loin des concepts torturés. L’opus propose d’entrée avec « Machines And Men » une mélodie où se croisent les rythmes des synthés métronomiques chers à Kraftwerk et les envolées millimétrées des riffs de guitares, peut être un peu trop typés, mais tout de même assez percutants pour rendre le titre hyper efficace, j’en redemande ! La première partie du titre éponyme, « A Day at the Beach » affiche une faculté de séduction évidente, un charme vaporeux, facile mais loin d’être éphémère qui nous emmène tranquillement vers « Into The Unknown ».  Un titre qui vibre, transpire, avec un rythme qui vous enveloppe, une alchimie parfaite entre le prog traditionnel et le prog planant, soulignée par une mise en son et une production parfaite, à mon avis le meilleur titre de l’album.

Ce sont des rythmes serrés qui introduisent « Sunsets », d’une tonalité plus lourde que les précédents titres. Une belle densité s’installe grâce au travail à l’unisson de la section rythmique, les développements musicaux semblent revenir à une approche mélodique plus abrupte. Airbag retrouve ainsi une fougue peut-être délaissée ces derniers temps. La deuxième partie du morceau « A Day at the Beach » profite de longs passages planants et parsemés de petites trouvailles sonores. Une parfaite alliance entre sobriété et intensité, ainsi qu’un sens aigu de romantisme, il faut dire que le lieu évoqué s’y prête. Une guitare répétitive, une voix, avec « Megalomaniac » Airbag n’a pas fini de nous surprendre, de nous séduire avec un condensé de bonnes vielles recettes progressives. Les atmosphères légères de Marillion, l’éclairage incandescent du Floyd, les guitares convulsives, la mixture prend et procure ce goût inimitable qui se rapproche du presque parfait.

Avec « A Day at the Beach »,  Airbag a placé la barre très haut, il délivre un album délicieux et très accessible !

🌍 Visiter le site de Airbag →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *