Divergent Path

Par

(4.6 sur 5) / Craftedair
Categories
Jazz-Rock Rock Progressif

Air Craft, voilà un groupe américain dont comme moi vous n’avez sans doute jamais entendu parler. Un peu d’histoire : il s’agit du projet musical de Doug McKeehan, pianiste de formation – il a joué du jazz pendant plus de 30 ans -, passionné par l’Inde – il y étudiera la musique indienne lors de plusieurs voyages -, membre du groupe de world fusion Ancient Future, voilà pour la version courte. Au milieu des années 80, il s’associe avec le violoniste Tim Bowers et Air Craft sort un album, « So Near, So Far » (tout à fait somptueux mais passé sous les radars(*)). Les chemins se séparent et c’est en 2015 que ces deux là rejouent ensemble, mais hélas la maladie emportera le violoniste et il ne verra pas la sortie de ce « Divergent Path », pour lequel il joue pour la moitié des morceaux et qui lui est évidemment dédié.

Le violon est omniprésent, dans un style jazz mélodique qui me rappelle souvent Stéphane Grapelli, et dans les rares pistes où il n’officie pas, c’est une flûte tout aussi expressive et véloce qui prend le relai. Les rythmes de danse sont aussi très présents.

L’album démarre par le bien nommé « First Impressions », très jazz fusion avec son superbe thème au violon et les lumineuses progressions harmoniques jazz. Un premier rythme impair (en 11/8) très dansant et bien syncopé apparaît avec « Eleventh Hour » (titre en référence à la parabole de Matthieu l’Evangéliste). Un nouveau très beau thème au violon, puis un intéressant dialogue entre le piano et la batterie font de cette piste une nouvelle réussite. Irrésistible !

image

« Walls Fall », avec vocaux féminins, flûte et rythme brésilien style samba, est une belle ode à la liberté. Changement de style pour le délicat « Hummingbird », une jolie ballade piano et voix qui débute comme une chanson des Beatles. Nouveaux pas de danse avec une irrésistible rumba (« George’s Rhumba »), puis le romantique et moyen-oriental « Amira », un peu moins inspiré.

Retour au jazz avec un « Running On MT » qui fait à nouveau la part belle au violon et au piano. Nouveau changement complet d’atmosphère pour « Little Brother », une élégie à la mémoire d’un jeune frère … On y reconnait un thème proche du célèbre « Miss You » des Stones, et peut-être d’autres que je n’ai pas identifiés. Emotion sans tristesse, pour une pièce intense et très bien écrite.

« Blessed Are The Peacemakers » (titré d’après Les Béatitudes / Le Sermon sur la Montagne) quitte les rives du jazz pour un excellent moment progressif où voix féminine et violon rivalisent d’émotion. Superbe ! Pour terminer, la piste-titre « Divergent Path » est un inédit des années 80 : un tempo mi-rapide, une ligne de basse plutôt funky, où violon et orgue dialoguent avec vélocité. Pour cette dernière piste Inspirée d’un poème de l’américain Robert Frost (1874-1963), The Road Not Taken, le chemin musical emprunté par Doug McKeehan sur cette piste mais aussi par extension sur l’album entier est serein et souvent animé, avec quelques respirations plus mélancoliques, mais la route reste ensoleillée.

Si vous aimez un jazz/prog – fusion complexe mais accessible, mélodique et varié, dansant (avec une belle profusion de rythmes impairs) et optimiste, c’est ici que ça se passe ! Pour définir sa musique Doug McKeehan se réfère au vocable new age telle que définie par le journaliste Steven Rea: « Music that is acoustic, electronic, jazzy, folky and incorporates classical and pop elements, Eastern and Latin influences, exotic instrumentation and environmental sound effects. » – C’est de cela dont il s’agit dans ce superbe « Divergent Path » !

(*) Réédité et accessible sur Bandcamp

Formation du groupe

Doug McKeehan : piano acoustique, synthétiseurs - Avec: T. Bruce Bowers : violons acoustiques et électriques, programmation (1, 3, 8-10) - Jack Dorsey : batterie (1, 3-10) - Miron Dove : basse électrique (1, 4, 5, 7) - Aaron Germain : basse acoustique & électrique (2, 3, 6, 8, 9) - Kate Lamont : chant (3, 4) - Riffat Sultana : chant (4) - Mads Tolling : violon (5, 7) - Matt Szemela : violon (2, 6) - Matt Eakle : flûtes (3, 4) - Jim Hurley : violons (8)- Rayhner Lasserie : batterie (2), congas (7) - Vince Delgado : rig & dhumbek (2)

🌍 Visiter le site de Air Craft →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Comma

Par Monobody

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *