The Blue Door

Par

(4.8 sur 5) / Melodic Revolution Records
Categories
Rock Progressif

Martin Springett, musicien talentueux, mais aussi excellent graphiste si l’on en croit les illustrations de ses albums, revient avec un nouveau projet du Gardening Club. Après l’EP « The Time Trilogy », le LP « The Blue Door » aligne les mêmes musiciens : Kevin Laliberté (claviers), Sari Alesh (violon), Drew Briston (basse), augmentés de Wayne Kozak (sax), et bien sûr Martin Springett, avec ses tournures vocales caractéristiques et ses guitares. Du coup, dans le prolongement de l’EP précédent, on s’attend ici à une musique plutôt sophistiquée, amplifiant les efforts précédents.

Ouvrons donc la porte, dont à ce stade on se contentera de savoir qu’elle est bleue. L’ouverture instrumentale « My Muse And I », avec son rythme et sa mélopée nous replonge dans les sonorités de « The Time Trilogy ». Le voyage se poursuit avec l’implacable, « Going North », ses percussions tribales et un rythme tout en syncopes. En second plan on peut entendre le violon électrique. Le court « Two Houses » déroule des sonorités plus floydiennes en une calme ballade acoustique accompagne au piano.

image

La piste-titre, s’aventure volontiers sur des terres jazz-rock plus agitées. Les angoissantes questions Do you remember? semblent ouvrir la Porte Bleue sur le temps plutôt que l’espace. Quoiqu’il en soit la fin apporte l’apaisement sur quelques accords de guitare plutôt lumineux. La lumière est toujours présente sur le dynamique instrumental « The Path Not Taken », doté de très beaux effets de guitare et d’un thème plutôt entrainant. Plus mélancolique, le très aérien « Winter Snow » survole des paysages enneigés, où seule la ligne de basse semble nous relier au sol.

« Mirage » renoue avec des ambiances méditerranéennes déjà entendues dans l’EP précédent. « The Turning of The Glass » égrène quelques harmonies jazz en intro puis se poursuit sur une ballade vocale accompagnée à la basse et à la guitare acoustique. L’obsessionnel « I Dream U » et sa rythmique syncopée est assurément avec la piste-titre un des sommets de l’album. Quelques passages au sax viennent compléter une écriture musicale de premier choix. L’instrumental « Long Tail Flight » vient clore l’album sur les rythmes dansants et entêtants du flamenco où le violon est cette fois au premier plan. Le mouvement de danse s’estompe peu à peu pour laisser place une fin désincarnée sur une unique note de basse.

Les mondes musicaux de Martin Springett se révèlent une fois de plus d’une absolue richesse mélodique, harmonique et rythmique. La musique évolue plutôt dans des atmosphères en demi-teinte, évoquant une sorte de mélancolie. Que ce soit par ses graphismes ou sa musique, la maîtrise artistique de Martin Springett est impressionnante et originale. Tout cela, plus un quatuor d’excellents musiciens, fait de « The Blue Door » un album essentiel, à mon humble avis !

Formation du groupe

Martin Springett : Guitares et Chant - Kevin Laliberte : Guitares - Sari Alesh : Violon - Drew Birston : Basse - Wayne Kozak: Saxophones

🌍 Visiter le site de A Gardening Club Project →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *