Les plus appréciés

Psychic Equalizer – The Sixth Extinction

ParGabriel 6 novembre 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Psychic Equalizer – The Sixth Extinction

Psychic Equalizer

 / The Sixth Extinction


(3.75/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Hugo Selles – piano, clavier, percussion, “handclapping” --- India Hooi – chant et instruments à vent, percussion additionelle, « handclapping » --- AdriánUbiaga – Clavier and voix --- Carlos Barragán – guitare acoustique, classique et électrique, « handclapping » --- MortenSkøtt – batterie et percussion --- Invités: CamileBialas– percussionadditionelle / Juan Arce - handclapping / Camerata Choral de l’Université de Cantabria, conduit par Raúl Suárez García et Hugo Selles - Chœur

  • 1. Lonely Soul
  • 2. The Sixth Extinction
  • 3. Red List
  • 4. Fly And Feel
  • 5. Wilderness (I-VIII)
  • 6. Wilderness (IX-XIII)
  • 7. Prelude Opus 32 No 10

« PsychicEqualizer », groupe venu tout droit d’Espagne fondé par Hugo Selles, nous propose un nouveau volet de leur biographie. Ce long travail de deux ans nous offre depuis le 16 Septembre « The Sixth Extinction ». Un album né d’un système de financement participatif et s’inspire implicitement du livre d’Elizabeth Kolbert’The Sixth Extinction’. Le titre de l’album parle de lui-même puisque cette 6ème extinction sera la nôtre si nous ne faisons rien pour changer les choses. Un thème souvent abordé par les groupes Progressif que nous chroniquons chez « ProgCritiques ».

Nous démarrons sur un séduisant et très sombre « Lonely Soul » cette chanson de l’âme propose de belles phrases musicales d’échanges piano / guitare. Le titre suivant « The Sixth Extinction » est dans le même registre que le précèdent. Visiblement, le ton est donné. Un petit interlude guitare avec « Red List » pour enchaîner sur « Fly And Feel » qui est un morceau touchant et agréable et sort, enfin, de la mélancolie ambiante de l’album. Nous arrivons sur la fresque épique qu’est « Wilderness ». Le titre se découpe en deux parties contenant 13 tableaux.  C’est dans ces terres sauvages que le groupe nous distille l’étendue de leurs complexes et éclectiques musicalités. Tantôt du classique enchaînant du Flamenco, de l’indie, du celtique, du Jazz Rock, du Hard Rock, de la tribale percussion et du progressif mettant en valeurs leurs noires paroles.

Pour le final de L’album nous terminons sur un prélude de Rachmaninoff qui s’impose comme on peut l’imaginer ou interpréter un constat de notre destiné tout en apportant une lueur d’espoir. Un espoir et un avenir qui est entre nos mains.

Je n’ai pas le recul nécessaire pour faire des comparaisons avec les autres albums de la formation, mais je peux dire que c’est une galette à prendre avec une très large et grande ouverture d’esprit musical. Certes, il n’est pas dénué d’intérêt, loin de là, mais il faut prendre le temps d’assimiler ce travail qui transpire le temps passé avec acharnement et cette passion omniprésente pour voir naître cet album. La réalisation est soignée et chaque instrument, comme le chant, est mis en valeurs dans le moindre détail.

Rédigé par Jipé yoda

Google translate

Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Psychic Equalizer
cette critique a été partagée 0 fois
 100
A propos de

 Gabriel

  (573 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.