Les plus appréciés

Dreaming Madmen – Ashes of a Diary

ParGabriel 26 novembre 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Dreaming Madmen – Ashes of a Diary

Dreaming Madmen

 / Ashes of a Diary


(4/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Mathew Aboujaoude (guitares, claviers, voix, chant), - Christopher Aboujaoude (basse, claviers, voix, chant)

  • 1. Page One
  • 2. Behind My Wall
  • 3. Your Possessor
  • 4. Lock Thyself
  • 5. Enigma
  • 6. Ashes of a Diary
  • 7. Final Page (Until We Meet again)

Deux Texans, deux frérots, je vous présente Ashes of a diary et leur premier album Dreaming Madmen. Il y a quelques semaines le « boss » m’avait proposé de faire une chronique sur eux et j’ai un peu rechigné à la tâche. Mais quel débile je suis, car j’ai failli louper la très belle découverte d’un concept album parlant de sujets comme la tristesse, l’obsession, l’amertume ou bien d’amour…ah l’amour.

Ça démarre sur un instrumental « Page One » qui vous emmène très haut dans le ciel avec un enchaînement bien amené sur « Behind My Wall » ou vous allez pouvoir vous délecter d’une superbe ligne de basse bien triturée. « Your Possessor » revient dans des contrées plus en finesse avec une ambiance lancinante et apaisante. Puis on arrive sur « Lock Thyself » avec un passage d’orgue qui est une grosse trouvaille sur cette composition fort subtile.

« Egnima » vous entraînera vers un Rock-progressif plus nerveux mais diablement efficace qui me rappelle certain morceau de Kansas par moment avec cette ligne clavier / basse / guitare soutenues. Il est temps de se poser et de respirer un peu sur « Ashes of a Diary » mais c’est de courte durée car les magnifiques soli de guitare ne peuvent vous empêcher de faire du « air Guitar » au chaud chez vous…si si je vous assure. « Final Page » termine l’album sur une composition mélangeant une ambiance mélancolique et atmosphérique avec un zeste de country qui rend le morceau plus qu’attachant.

Ashes of a diary c’est des compositions bien ficelées, une grosse influence assez logique vers du Floyd qui est relativement normal puisque ils sont une grande partie de « Brick floyd » un groupe de tribute pour deviner qui, mais attention il y a plein d’autres ambiances dans cet album. Les années de scènes ont visiblement aguerries deux frères bourrés de talents, un énorme travail de composition qui sent bon les tripes pour un superbe album. Comme Noël approche alors franchement n’hésitez pas à vous faire plaisir !

Rédigé par Jipe Yoda


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Dreaming Madmen
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (602 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.