Les plus appréciés

Valcata – Valcata

ParGabriel 22 octobre 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Métal Progressif  /  Valcata – Valcata

Valcata

 / Valcata


(3.5/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Métal ProgressifMétal SymphoniquePower Métal

Formation:  Oha Cade: chant -- Angel Wolf-black (Vivaldi Metal Project): chant -- Hadi Kiani (Gereh, The Frame): chant -- Josh Munnell: chant -- Kenneth Èlan (Acoustic Dreams): chant -- Liel Bar-z (Janissary: A Balkan Rock Opera): chant -- Mary Zimmer (Santa Marta, ex-White Empress): chant -- Zuberoa Aznárez (Diabulus in Musica): chant -- Babis Nikou (Jaded Star): basse -- Jonas Schütz (Sacrosanct, Eraserhead): batterie -- Pablo Hopenhayn: Violon, Violoncelle -- Steelianos Amirides (Enemy of Reality): guitare -- Ilias Gogakis : production, Mixage, Mastering

  • 1. Stars
  • 2. Our Quest
  • 3. The Turning
  • 4. Horror Machine
  • 5. Life and a Million
  • 6. 3-2-1
  • 7. Beyond
  • 8. Escalade
  • 9. The Termination
  • 10. Valcata

Amis du Métal bonjour, Un Space Opéra Métal symphonique rien que pour vous. Nous sommes sur le thème d’une planète (Valcata) ayant subi une extinction massive à la suite d’une vague de chaleur qui s’est intensifiée au cours du siècle dernier (tiens, tiens !). Des équipes sont déployées dans les galaxies à la recherche du salut pour les survivants.

C’est sur ce thème que nous traversons 10 pistes qui racontent l’histoire périlleuse de cette race et l’espoir d’une nouvelle Terre de salut. Comme le référent du genre, Ayreon, nous sommes en présence de huit chanteurs et chanteuses chacun jouant un personnage et chacun choisis avec soin pour leurs tessitures de voix très différentes.

Une petite introduction « Stars » comme un compte à rebours qui nous enveloppe de belles nappes de synthé et d’un violon nous embarque dans l’histoire. S’enchaine « Our Quest » « The Turning »  et « Horror Machine » qui sont remarquables sur les différents tempos et l’orchestration Voix / instruments. Le violon intervenant très souvent me rappelle un peu le style de jeu de Robby Steinhardt (Kansas). Quand arrive « Life and a Million» je suis sous le charme de la superbe voix d’ Hadi Kiani  qui a une tessiture si proche du Sieur Bruce Dickinson. On repart de plus belle sur « 3-2-1» avec un réel penchant sur ce titre d’opéra symphonique tendance métal et ma foi le titre ce boit comme du petit lait.

Arrive « Beyond » avec une approche basique et cette impression de déjà entendu est certainement mon coup de cœur  qui s’enchaîne sur « Escalade » un instrumental pur et dur. Le gros morceau  « The Termination » plus de 11 Minutes nous surprend au début par le mariage de la voix très basse profond de contralto et Soprano lyrique. Passé ce petit choc, ce titre ce laisse entendre avec toutes les variantes progressives qui sont apportées. Nous finissons sur le délicieux « Valcata » mon deuxième coup de cœur qui démarre tel un menuet classique mais là encore en version métal par la suite.

J’en arrive à la conclusion de vous écrire que je suis admiratif rien que pour la conception de l’album, qui a été réalisée dans son intégralité en ligne mettant en vedette des musiciens du monde entier, et franchement ce n’est pas monnaie courante. Musiciens d’ailleurs vraiment bien en place. Les riffs guitares soutenu par une basse bien lourde (quand il le faut) sont clairement présents. La batterie est énorme dans les triples croches, triolet et autres contretemps bien gérés avec maestro. Et que dire de ce violon apportant une surprenante couleur agréable à l’album. Les Chanteurs et Chanteuses ont tous des voix remarquables. Certes la plupart sont peu connus mais ils assurent et ne font pas de la figuration loin de la croyez moi.

« Valcata » n’est peut-être pas l’incontournable de l’année, mais ce projet porté par Oha Cade nous délivre un premier Opus qui vaut le détour sans hésitation et laisse entrevoir de belles promesses pour la suite.

Rédigé par Jipé Yoda

Google translate

Genres:
  Métal ProgressifMétal SymphoniquePower Métal
Visiter le site de Valcata
cette critique a été partagée 0 fois
 400
A propos de

 Gabriel

  (573 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.