Les plus appréciés

Percutant !

ParGabriel 28 décembre 2015Aucun commentaire
Accueil  /  Hard Rock  /  Incry – Pandore

Incry

 / Pandore


(5/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Hard Rock

Formation:  Chris (Batterie), Did (Basse), Kourros (Chant), Noug (Guitares)

  • 1. Oxygène
  • 2. Rouge
  • 3. Monde virtuel
  • 4. Cannibale
  • 5. Pandore
  • 6. Copboy
  • 7. Sans visage
  • 8. Laissez-faire
  • 9. Tigresse
  • 10. Maldonne
  • 11. Le bonheur en prime
  • 12. Rock'N Roll

Découvert par hasard sur le net, avec le clip « Cannibale » , d’une efficacité redoutable, assez éloigné de notre quotidien habituel du rock progressif, la critique du dernier Incry, le groupe Français de Hard Rock qui déclame ses textes en français s’est imposé dans nos chroniques.

Jetons une oreille attentive sur « Pandore » , publié grâce à la persévérance déployée par Incry , cela confirme le parcours parsemé d’embûches des groupes rock hexagonaux, qui malgré la qualité de leur travail ont dû mal à se faire diffuser.

Une carrière qui démarre en 2001 sous l’impulsion de Kourros (Chant) et Noug (Guitares), un premier album en 2008 « Face Au Mur » puis « Rock.fr » en 2012, complété depuis le 11 décembre par l’objet de cette chronique.

Difficile de ne pas mettre un nom sur les influences sous-jacentes que l’on peut déceler chez Incry et notamment, les groupes des années 70/80, « Warning » pour la dynamique et « Bijou » pour le côté soft. Sans oublier « Trust » au niveau des paroles, revendicatives et engagées, reflets de notre société, mais à la différence de ses aînés, Incry développe un sens mélodique de l’écriture beaucoup plus aiguisé.

Belle efficacité pour démarrer cet album avec pas moins de quatre morceaux puissants. l’essentielle est là, « Oxygène » ferait danser un cul-de-jatte ! « Rouge » dans la plus pure tradition hard, « Monde virtuel » percutant, « Cannibale »  un hit en puissance.

Transition plus tempérée pour « Pandore » , moins rentre dedans et plus progressif dans l’approche musicale que les autres compositions de l’album, suivi de « Sans visage » la ballade, comme seuls les hardeux savent les composer.

Tout n’est pas de cette qualité, deux ou trois titres sont plus moyens ensuite comme « Copboy » , « Laissez-faire » ou « Rock’N Roll » .

Mais c’est pour mieux repartir, avec « Tigresse » et « Maldonne » suivi de « Le bonheur en prime » ! Ces trois là c’est de la dynamite ! Avec en prime, le chant de Kourros, qui lui ne flirte pas avec la facilité. Pas de beuglements stridents, de grognements, de cris, mais un juste équilibre tonal, mélodique et incisif.

Incry du rock, du hard-rock, des titres courts, efficaces, jamais ennuyeux. Des textes hyper travaillés, loin des mièvreries que l’on peut entendre tous les jours.


Genre:
  Hard Rock
Visiter le site de Incry
cette critique a été partagée 0 fois
 400
A propos de

 Gabriel

  (295 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.