Stay Here My Friends

Par

(3.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Voilà WISH avec « Stay Here My Friends » un concept album qui traite de l’amitié, le quatuor italien fait ses débuts dans la production discographique mais est actif depuis 1992. Six titres, pour une première publication, chantés en anglais pour un album aux racines d’un rock progressif bien trempées et aux multiples facettes. C’est le genre d’opus qui fait un rappel au prog du début des années 70/80, il a donc tout pour susciter l’intérêt des amateurs purs et durs. Il faut dire qu’il est difficile d’émerger de la masse des productions actuelles et que le paysage du rock progressif reste peuplé d’albums bien souvent sans consistance. Alors WISH arrive t’il a se démarquer positivement de ses congénères ?

Sans bouleverser le monde du rock progressif, la musique de WISH concentre une grande variété de rythmes associés à une inspiration qui se renouvelle sans cesse. Dès le premier titre « Like a yes » , un instrumental, un peu dans le style d’ELP, l’on découvre agréablement surpris une musique qui à une belle identité et qui fait le tour de toutes les références prog des seventies et arrive à tirée adroitement son épingle du jeu. Point d’orgue de l’opus « Deep wish » qui accompagné par une rythmique métronomique délivre des phases mélodiques planantes alors que la guitare tisse des arpèges cristallins, un titre qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère de certaines compositions du groupe Pulsar (France) dans ‘Halloween’ (1977).

Léger comme une bulle de savon, « Dancing with myself »  navigue entre la mélodie d’une ballade mélancolique assez lente et celle d’une musique plus symphonique extrêmement travaillée où le piano prend une place prépondérante. L’instrumental « Scrambled eggs » trouve ses racines principalement dans les classiques du progressif des années 80, un mid-tempo pour une mélodie mixant claviers et solos de guitare. Orgue d’église en ouverture de « Church » (normal) le morceau qui grâce à des parties calmes et atmosphériques nous fait planer mais de temps en temps les riffs de guitares incisifs et progressifs nous ramènent à la réalité. Sur un rythme en demi-teinte, le titre éponyme « Stay Here My Friends » oscille entre langueur et pulsions hypnotiques pour se terminer en mode folk acoustique, ouais pas si mal  !

Bien sûr, tout n’est pas rose, il y a quelques travers par-ci par-là, la sonorité des claviers parfois trop vieillotte et bien souvent grandiloquente, un chant dans certains titres à la limite de la justesse. Le plaisir à l’écoute de « Stay Here My Friends » s’en trouve donc légèrement contrarié, mais l’ensemble des six titres reste conforme au programme prog-rock vintage présent au menu de l’album !

Formation du groupe

Piergiorgio Franceschelli - Chant - Giorgio Simonetti - Guitares, Basse, Chœurs - Salvatore Patti - Claviers - Massimo Mercurio - Batterie

🌍 Visiter le site de Wish →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *