The Cycle Undone

Par

(4.6 sur 5) / Autoproduction
Categories
Fusion Jazz-Rock Rock Progressif

En ce début d’année projetons-nous du côté du New Jersey à la découverte d’un groupe né il y a une décennie, et qui sort dans la foulée un premier album. Et puis à peine 10 ans plus tard, voici le deuxième ouvrage, The Cycle Undone, doté d’une belle pochette très Sci-Fi. The Twenty Committee est un quintette formé de Geoffrey Langley, des frères Justin et Richmond Carlton (un nom prédestiné pour la guitare !), de Joe Henderson et Jeff Bishop, finalement très proche de la formation des origines. S’y rajoute deux personnalités féminines invitées dont nous reparlerons à l’occasion.

Première écoute : on est de suite pris dans le tourbillon d’une musique aux accents volontiers fusion / jazz rock, et il n’est pas interdit sur de nombreux passages de penser au premier U.K. ou à Snarky Puppy. Mais il y a plus, dont des vocaux particulièrement riches, des ambiances plus progressives, bref … le groupe s’est créé un style bien à lui, que je vous propose de découvrir plus avant !

On démarre par les 12’ de « Recodified » dont les premières mesures d’intro à la guitare ne laissent en rien présager de ce qui arrive : un mouvement jazz rock débridé, suivie d’une plage vocale plus sereine, et la reprise finale en jazz rock qui groove et swingue à foison, une première occasion pour le groupe de démontrer tout son talent ! Moins ambitieux, « Sparks In The Mind » donne plus de place aux vocaux, même si la verve instrumentale et les changements de rythmes sont toujours très présents.

Place à la nostalgie et à l’émotion avec « Embers », beaucoup plus sage sur le plan harmonique et rythmique que ses prédécesseurs : un chant ample en mode mineur, perturbé à l’occasion par la puissante guitare. Vous aimez les balles ballades vocales et la guitare acoustique ? « A Star In The Eye » coche toutes les cases !

image

« Forevermore », en parfaite antinomie avec le « Nevermore » de U.K., me semble en reprendre certains codes et j’y entends beaucoup de similitudes, même si la musique de nos américains se révèle au final plus théâtrale.

L’album culmine avec la piste-titre, accessoirement la plus longue, et qui nous vaut la présence au chant de rien moins qu’Annie Haslam, l’iconique chanteuse de Renaissance, à la voix d’une tessiture exceptionnelle. D’abord calme et mystique pendant plusieurs minutes, la musique se tourne soudainement du côté du hard rock cuvée 70. Le dernier tiers est un moment magique portée par un superbe motif répétitif rapide à la guitare, et cette fois la voix tant attendue d’Annie Haslam qui vient doubler dans les cimes la voix évidemment plus grave de Geoffrey Langley. La coda, grandiose, vient saturer vos oreilles jusqu’à l’épuisement final.

Le final de l’album, proprement poignant, se déroule en deux temps. D’abord « Robot Death » est une petite perle mélodique et harmonique, faisant la part belle aux vocaux et à la guitare. Le piano très présent se prolonge dans le (trop) court titre final, « Dust Returned », propice au recueillement.

image

The Cycle Undone signe assurément un retour gagnant pour le Twenty Committee, dont on appréciera l’inventivité et l’éclectisme de la musique tour à tour mélodique, enjouée, énergique, technique, mais qui sait aussi se parer de couleurs plus mélancoliques et émouvantes. Well done!

Formation du groupe

Geoffrey Langley : chant principal, claviers, synthétiseurs, orgue - Justin Carlton : chœurs, guitares acoustiques, guitares électriques, claviers supplémentaires (pistes 1, 2 et 5) - Joe Henderson : chœurs, batterie, percussions (piste 7) - Jeff Bishop : guitare solo, chœurs supplémentaires (pistes 3, 4 et 6) - Richmond Carlton : basse, harpe (piste 4), chœurs supplémentaires (pistes 2 et 4) - Musiciens invités : Laura Langley : autoharpe ( piste 4) - Annie Haslam : chant (piste 6)

🌍 Visiter le site de The Twenty Committee →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *