Injection

Par

(3.7 sur 5) / Rockshots Records
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

The Oneira et le projet qui l’entoure, est née en 2010 sous l’impulsion du multi-instrumentiste Filippos Gougoumis. Il en découle un bon « Natural prestige » en 2011 et un excellent « Hyperconscious » en 2014 qui permet de retrouver le talentueux Olivers Philipps (Everon). La formation nous revient donc 6 ans plus tard avec « Injection ». On peut juste se dire que ce temps passé a sûrement permis de parfaire la galette et c’est ce que nous allons voir ensemble.

C’est « Still Free To Choose » qui se charge d’ailleurs de donner le ton avec un univers aux subtiles nuances entre un AOR et un prog électrique. On peut vous dire que sa commence fort avec un titre grave et convaincant.  « Know That Feeling » lui se montre plus nerveux avec un refrain qui vous choppe la glotte. Ca monte doucement dans un univers de sauvagerie faussement déstructuré, les deux minutes du final vous emporte. Entre le solo, le refrain que l’on vous assène pour que ça rentre bien et le re-solo guitare pour vous achevez. Croyez moi après ce titre j’ai mis sur pause pour me faire un petit café et me remettre de ce que j’ai pris dans mes nobles tympans.   

image

« Edipsos » nous propose une intro proche des classiques de la chanteuse « Sade ». Mais le rapprochement s’arrête là. En tout cas dans l’esprit on ressent la forte envie de se prélasser dans la douceur d’un soir d’été. Comme ce titre fait du bien par où il passe ! Pour le moment tout se passe bien et ce n’est pas l’instrumental « Behind The Sun » qui va changer la donne. Nous sommes dans une structure musicale que l’on peut retrouver sur du « ToTo » qui délivre un rock puissant, bien léché, avec des petites touches jazzy / Blues. Le final en une fondue enchaînée laisse largement penser qu’il y avait encore plein de trucs à dévoiler, mais qui reste à découvrir quoi qu’il en soit.

Une belle nappe planante ou s’implante la guitare donne le ton à « Make My Day », la voix entre en jeux et spontanément j’ai pensé immédiatement à Steve Augeri chanteur talentueux et éphémère de « Journey ». C’est limite bluffant mais ça passe crème tant le refrain et le solo accrocheur vous captivent. « Paint Your Soul » part sur la même base mais cette fois ci la voix est plus mielleuse pour nous offrir la bonne petite ballade que l’on retrouve sur les galettes des grands maîtres AOR.

Une intro énergique batterie / guitare et nous voilà partie sur « Trust No One » mais on est plus dans une semi-ballade progressive ponctuée par des petits passages de solo guitare très classe faut le reconnaître. Toutefois le final manque un peu de mordant sur la fin. Pour oublier cette petite déception partons de suite sur « Over The Mountain » un bon petit rock avec de subtiles parties de métal symphonique. Composition assez atypique en soit, mais remplie de belles petites trouvailles. Le final « Injection » est non seulement le titre le plus long de l’album avec plus de 7 minutes mais en même temps un instrumental pur jus. Un très bon rock progressif qui donne la pleine mesure de leurs talents.

Et bien nous arrivons au bout de cette chronique et « The Oneira » se place dignement dans la mouvance de groupes comme Everon, Saga, ToTo, et j’en oublie volontairement plein d’autres pour vous laisser le plaisir de les découvrir par vous-même. Ces 6 ans d’attentes n’ont pas été inutiles puisque le groupe à fortement gagné en maturité. Ils ont leurs propres styles, nuances et couleurs musicales permettent de rapidement identifier la touche de « Doc Filipos » et ses acolytes. 

Formation du groupe

Filippos Gougoumis : lead et rythme guitares, 12 cordes guitare, basse, Chœur - Manuel Ruscigno : Chant - Gianpaolo "Banjo" Begnoni / Claviers, programmation - Danilo "Sakko" Saccotelli / Batterie, percussion, Chœur

🌍 Visiter le site de The Oneira →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *