Apocalypsis

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

Silver Nightmares c’est formé à Palerme en 2018 à l’initiative du bassiste Gabriele Esposito, du batteur Alessio Maddaloni et du claviériste Gabriele Taormina. Le groupe est passé par plusieurs configurations jusqu’à arriver à son line-up actuel avec Mimmo Garofalo et Emanuele Lo Giudice aux guitares et Michele Vitrano au chant.

Silver Nightmares est un groupes de rock metal qui incorpore suffisamment d’éléments de rock progressif pour satisfaire les amateurs du genre. Leur premier album ‘Apocalypsis’ représente avec ses onze compositions le condensé d’un travail sérieux et méticuleux.

Dès le titre d’ouverture, ‘Saphiens’ le groupe établit un son qui lui est propre, incorporant des structures d’accords agressives et charnues dans un style vocal passionné et tranchant, celui de Michele Vitrano, les interventions aux claviers de Gabriele Taormina rendent instantanément la mélodie addictive, une section rythmique solide et quelques touches de cuivres viennent lui apporter une couleur atypique. Le dantesque ‘Nefertiti’ confirme les influences metal progressif de la formation avec un éventail conséquent de paysages sonores variés et de nombreux rebondissements parsemés de soli de guitare.

image

Un détour par le Proche-Orient avec ‘Etemenanki’ (la tour de Babel) où les accents orientaux s’imposent dès l’intro. Le metal prog reprend des couleurs plus conventionnelles pour ‘Sea of Sikelia’ titre tranchant et passionnant, l’un des meilleurs morceaux de cet album. Ambiance plus détendue sur ‘Scorns of time’ à la mélodie atmosphérique et mélancolique. La flute fait une timide apparition sur ‘Wizards , Witches And Sorcerers‘ où les guitares acoustiques mettent leurs registres mélodiques au service d’une composition douce et feutrée.

L’instrumental ‘The Awakening’ et ses contours jazzy vient nous rappeler la qualité des musiciens, un morceau où chacun semble donner, dans l’interprétation, libre cours à son imagination. Une opulente utilisation orchestrale et symphonique des cuivres, appuyant un refrain des plus communicatif, sert de fil rouge à ‘8’. Avec ‘The blue light of a Star’ on est immédiatement immergé dans l’univers émotionnel de Silver Nightmares, commençant paisiblement avec piano et guitare électrique se transformant ensuite, avec le chant émotionnel de Michele Vitrano, en un véritable hymne. Un peu plus anecdotique ‘The weird black cross’ nous conduit vers le final de l’opus ‘Intangible’, interprété avec beaucoup de sensibilité et réussissant à combiner à la fois l’élément sombre du groupe et le romantisme exacerbé de celui-ci.  

Silver Nightmares nous offre de très bonnes compositions assez complexes, mais toujours digestes, si vous aimez que le prog soit un peu plus lourd, sans jamais trop le devenir, ‘Apocalypsis’ s’avère être un album fait pour vous.

Formation du groupe

Michele Vitrano : Chant et chœurs - Mimmo Garofalo : Guitares acoustiques, classiques et Lap Steel, guitares solo et rythmiques, ukulélé, Sitar - Emanuele Lo Giudice : Guitares solo et rythmique, basse - Gabriele Esposito : Basse - Gabriele Taormina : Claviers et chœurs - Alessio Maddaloni : Batterie et Percussion, Trompette, Harpe, Chœurs - Invités : --- Lorenzo Mercurio : Chant sur "WIZARDS, WITCHES AND SORCERERS" - Chœurs sur "ETEMENANKI", "SEA OF SIKELIA" - Giulio Maddaloni : Flûte sur "WIZARDS, WITCHES AND SORCERERS" - Monica D'Anna : Voix principale et chœurs sur "ETEMENANKI" - Sergio Sansone : chant principal et chœurs sur "8" - Andrea Abram Gallì : Trompette sur "8" - Marcello Nicolosi : Guitare classique sur "INTANGIBLE"

🌍 Visiter le site de SILVER NIGHTMARES →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *