Tales From Outer Space

Par

(5 sur 5) / Gentle Art Of Music/Soulfood
Categories
Rock Progressif

Après plus de 20 années de bons et loyaux services à la cause du rock progressif, les Allemands de RPWL remettent le couvert et publient « Tales From Outer Space » . Ils ont pondu quelques disques que tout bon amateur de rock ambitieux se doit de posséder, comme «  Trying to kiss the sun » , « Stock » ou l’excellent « The RPWL Experience ». On retiendra aussi l’ambitieux premier concept album « Beyond Man And Time » (2012), une réussite totale du début à la fin. En roue libre depuis la publication de l’album « Wanted » en 2014, le groupe se concentrait sur la sortie d’albums live.

Marqué par une influence principale, depuis le début de sa carrière, celle du Pink Floyd, RPWL tisse irrémédiablement sa toile d’araignée autour de celle-ci et rien ne semble pouvoir l’arrêter dans son expansion. Les sept titres présents sur « Tales From Outer Space » prouvent une fois de plus les qualités opiniâtres des compositions de ce groupe. Rarement un album de RPWL n’a été aussi dense, sans temps mort, chaque morceau captivant l’auditeur de bout en bout.

Le kaléidoscope musical commence avec « A New World » , haut en couleur il intègre tous les ingrédients qui font le son du combo, ample, planant et surtout hyper mélodique, il prouve un savoir-faire indéniable et hautement jouissif. Même vision grandiose pour « Welcome To The Freak Show » éblouissant de virtuosité, il n’y a plus qu’à s’incliner devant une telle maîtrise instrumentale. La longue et épique pièce « Light Of the World » donne l’occasion de s’extasier sur une trame musicale flamboyante, comme autant d’étoiles qui embrasent la voie lactée, la guitare de Kalle Wallner illuminant le morceau de ses interventions.

Comparer encore une fois RPWL au Pink Floyd est vraiment réducteur, tant le talent de ces excellents musiciens et compositeurs est étendu. La beauté bienfaisante de « Not Our Place To Be » est là pour le démontrer, en 6:06 de développement tout est dit, le rock progressif du groupe s’inscrit dans la lignée des plus grands. Plus accessible et direct « What I really need » , un mélange de genre (pop / rock / progressif) qui donne un titre très inspiré alliant simplicité et complexité. D’une beauté crépusculaire et enivrante « Give Birth To The Sun » procure l’occasion à Yogi Lang le chanteur, de s’en donner à cœur joie et ça fait du bien de l’entendre.

Dans leur longue carrière ils nous ont concocté quelques perles et à nouveau, pour clore ce « Tales From Outer Space » , le groupe nous gratifie d’une superbe composition « Far Away From Home » , une ballade carrée et précise, digne de leurs meilleures réalisations.

« Tales From Outer Space » montre un RPWL qui laisse éclater toute son éloquence mélodique par le biais de sept titres inévitables !

Formation du groupe

Yogy Lang : chant,claviers, --- Werner Taus : basse, --- Kalle Wallner guitares ---, Markus Jehle : clavier, --- Marc Turiaux : batterie

🌍 Visiter le site de RPWL →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *