Perpetual Immobile

Par

(4.25 sur 5) / Autoproduction
Categories
Canterbury Crossover Prog Rock Progressif

Après un premier album ‘Enjoy It While It Lasts’, sorti en 2012 Henk Ph.J. Bol le fondateur de Philhelmon revient avec un O.V.N.I. musical qui pourrait en séduire plus d’un !

Indubitablement, « Perpetual Immobile » de Philhelmon impose sa vision musicale faite d’un rock progressif symphonique proche de l’origine des prémices de celui-ci, auquel il ajoute des touches classiques bien pensées et fort à propos. Un grand nombre de musiciens et de chanteurs ont entouré Henk Ph.J. Bol pour participer à l’élaboration de cet album et principalement : Ky Fifer, Cleem Determeijer (Finch, Ayreon), Ron Hurst (Steppenwolf), Mark Bogert (Knight Area), Alessandro Bertoni, Ana Batista (Heylel), Nathalie Mees (PBII), Chris Buck, Joris Bol (The Aurora Project)

Les deux premières plages de l’opus exposent à elles seules l’univers de Henk, le premier « That Bright & Shiny Future » , sur une intro de Frederic F. Chopin (Prelude 6 opus 28 B minor), amorce un feu d’artifice où les instruments s’entrecroisent dans une maestria où s’entremêle relents à la E.L.P. et hard rock façon Deep Purple, rivalisant, de plus, avec une certaine fantaisie sur de très belles envolées folk-prog assaisonnées d’harmonies vocales plus surprenantes les unes que les autres, tout un programme ! Le deuxième « A Hard Road » est un mixage de heavy, de Canterbury et d’hardiesses instrumentales truffées de trouvailles, l’auditeur n’a plus qu’à se laisser charmer par ce patchwork plus qu’improbable retrouvé dans ces compositions fourre tout (au bon sens du terme) de Henk Ph.J. Bol.

La diversité tel est le dénominateur commun de ce « Perpetual Immobile » qui est parsemé tour à tour de rythmes enlevés « The Viral Savage » , de références classiques et lyriques « The Silent Green » , de synthés lumineux « Ventus Solaris » . Le point fort de l’opus c’est le chant clair et bien articulé de Ky Fifer qui par ses intonations nous rappellera tantôt John Wetton (UK, Asia) et parfois Greg Lake (King Crimson, ELP).

Mélangeant les influences avec habileté, allant du King Crimson à Asia, Philhelmon pose les bases d’une musique qui bénéficie d’un bel équilibre, quasiment sans temps faible, alternant les morceaux de rock progressif à l’ancienne et les titres symphoniques ambitieux !

Formation du groupe

Albert Houwaart: Guitares Austin Wilson: Choeurs Cleem Determeijer: Claviers / Piano Dustin Rose: Choeurs Henk Bol Aka Philhelmon: Basse / Claviers John Havermans: Claviers / Orgue Ky Fifer: Chant / Saxophone Maarten Bol: Batterie

🌍 Visiter le site de Philhelmon →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Noises

Par habelard2

4.3 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *