Only Passing Through

Par

(3.5 sur 5) / Inside Out Music
Categories
Rock Progressif

Le Quatuor Pattern-Seeking Animals, basé à Los Angeles, après un excellent premier album éponyme sorti en 2019 puis le non moins bon ‘Prehensile Tales‘ en 2020, nous propose en cette année 2022 son petit dernier, ‘Only Passing Through’.

Only Passing Through’ s’ouvre sur « Everdark Mountain » qui présente en intro et tout au long de la composition des accents orientaux, la sonorité des  claviers de John Boegehold accentuant ce climat dépaysant, et il ne faut pas longtemps pour que le chant et la guitare de Ted Leonard s’ajoute au mélange avec ses tonalités rythmiques répétitives, tandis que Jimmy Keegan ponctue l’architecture de la mélodie avec sa batterie, qui évolue au fur et à mesure que la pièce se déroule, créant une image croissante et bondissante.

La piste suivante, « I Can’t Stay Here Anymore » nous emmène dans un autre décor et une autre dimension, assez proche de la musique de YES, avec de somptueux arrangements pour un retour réussi au milieu des années 70, quand le prog flirtait allègrement avec le rock symphonique, le chant de Ted Leonard prenant sur cette mélodie une belle dimension, la basse est grondante et la batterie géante, les solos claviers/guitares sont tout simplement superbes et judicieux. Continuant sur la même lancée, mais avec plus de 13 minutes au compteur, « Time Has A Way » est vif et percutant, véritable épique où les mélodies sur les quatre premières minutes, purement instrumentales, se croisent sans jamais se fixer sur un genre bien précis, allant du néoprog au rock symphonique en passant par le jazz rock. La deuxième partie continue dans la même veine, le chant faisant son apparition dans un patchwork musical où s’affrontent orgue, trompette aux touches jazzy, synthés vintage et j’en passe, tant la matière sonore est riche. Cette composition est un véritable OVNI difficile à identifier, mais elle est tout simplement merveilleusement écrite.

image

Beaucoup plus sage, la ballade « Rock Paper Scissors » s’ouvre sur une acoustique délicate et un violon aux accents folks, puis se poursuit sur les arpèges d’une guitare agile, la mélodie s’écoule fluide, jusqu’au refrain entêtant dans une ambiance nous évoquant le souvenir de certains titres de KANSAS.

Première baisse de régime avec les deux titres qui suivent : « Much Ado » plus conventionnel et ‘commercial’, une piste rock relativement simple et directe dans laquelle domine la voix brute de Ted Leonard, le morceau trouve, tout de même, un intérêt avec l’excellent solo de guitare ; Ensuite le mélancolique et éponyme « Only Passing Through » encore plus passe partout que la piste précédente, un rien sirupeux et fade.

Mais le groupe reprend bien vite le chemin d’un prog généreux et inventif avec « Said the Stranger » une mélodie qui n’est pas aussi accrocheuse que la deuxième plage de l’album, (‘I Can’t Stay Here Anymore’), mais qui propose quelques belles variations et enfin un vrai, mais bien trop court, solo de guitare. Dans un registre proche de Styx, « Here with You with Me », s’engouffre dans une ambiance symphonique solennelle qui s’affirme dans une mélodie aux multiples facettes, qui monte en intensité et termine l’album sur une note positive.

J’avoue être déçu par ‘Only Passing Through‘ qui n’est pas vraiment un mauvais album, loin de là. C’est toujours du Pattern-Seeking Animals, avec une excellente guitare un chant puissant et des claviers inspirés, mais certaines compositions manquent de consistance et ne proposent pas une approche du rock progressif digne de ce nom. Cela reste un bon album (mais pas indispensable).

Le CD propose deux plages bonus plutôt agréables, mais dispensables « I’m Not Alright » et « Just Another Day at the Beach ».

Formation du groupe

Jimmy Keegan: Chant / Batterie Dave Meros: Basse John Boegehold: Claviers Ted Leonard: Chant / Guitares

🌍 Visiter le site de Pattern-Seeking Animals →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.