Dark Blue

Par

3 sur 5 / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Dark Blue est le premier album solo de John Greenwood, le guitariste actuel du groupe Unitopia. Il comprend dix titres d’une durée totale de 69 minutes, dont deux longs morceaux (12 et 16 minutes). Des musiciens de renom ont contribué au travail de John, entre autres, Craig Blundell, Nick Magnus, Steve Unruh, Sean Timms, le chant étant assuré par John et Emma Bartsch. Dark Blue est destiné aux amateurs d’un rock progressif mélodique mâtiné de prog symphonique. Si je devais faire une comparaison, je le rapprocherais de l’excellent premier album solo ‘Smallcreep’s Day‘ (1980) de Mike Rutherford (Genesis) par ses qualités mélodiques, sa variété et la cohérence des compositions qui se dégustent comme un tout. Dark Blue contient des morceaux de très haute densité, ce qui rend l’album captivant, et bien sûr nous y trouvons de nombreux solos de guitares, des claviers spatiaux, de superbes interactions rythmiques et des mélodies mémorables… que demander de plus ! En résumé, un melting-pot de styles et de sons qui se glisse adroitement à l’intérieur des compositions, donc, difficile de faire un tri et de mettre en avant telle ou telle piste, tant l’album est riche. Je vous conseille, pour vous faire une idée de la musique de John, d’écouter en priorité deux titres : « A Little Piece of Rosco Vidal » et « The Ocean », les plus ambitieux par leur longueur, offrent des mélodies complexes où passages harmoniques et symphoniques amples se fondent dans des atmosphères sonores mélancoliques chargées d’émotion. Dark Blue distille une musique fine, ciselée avec précision, rien n’a été laissé au hasard et l’ensemble coule avec aisance et fraicheur. Une belle réussite à découvrir sur bandcamp !

🌍 Visiter le site de John Greenwood →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous