Homebound

Par

(4 sur 5) / Dutch Music Works
Categories
Rock Progressif

Kristoffer Gildenlöw, l’ex bassiste du groupe de rock progressif suédois Pain of Salvation, se rappelle à notre bon souvenir avec « Homebound », son troisième album solo. En mettant l’accent sur une musique acoustique, « Homebound » est le premier de deux albums complémentaires. (Le deuxième, plus axé rock, est prévu pour le second semestre 2020.)

Un album qui va immanquablement mettre tout le monde d’accord. Celui-ci propose neuf titres qui nous ramènent directement vers la fin des années 80. Entre ambient, progressif et arrangements sophistiqués, Kristoffer nous livre ici, des compositions suaves, mélancoliques et imbibées d’atmosphère éthérées.

Le premier en piste, « Eternal » profite d’une introduction avec le violoncelle de Maaike Peterse, un mélange d’instants calmes et vaporeux, suivit dans la même atmosphère de « Holy Ground ». Kristoffer, comme aucun autre, sait créer des ambiances mêlées de mélancolie sur des arrangements magistraux. L’acoustique et tendre « Like Father Like Son », une composition inspirée parsemée d’agréables parties de guitares sèches, évoque tour à tour le meilleur des mélodies délicates. Puis un progressif léger et raffiné. « Infected » file sur les percussions de Dirk Bruinenberg et Jeroen Molenaar, une combinaison essentielle avec celle de Frederik Hermansson au piano pour aboutir à un pur joyau de musicalité. « Snow » ce caractérise par un côté ouateux et subtil tout bonnement jouissif. Saupoudrant son savoir faire mélodique habituel de savoureuses envolées vocales, Kristoffer signe ici une pièce ambitieuse assez proche de ce que fait habituellement Pain of SalvationOur Home » offre un duo entre Kristoffer et Erna auf der Haar sur une musique planante typée Floyd.

image
kristoffer gildenlöw

L’incroyable simplicité de « I Cried Today » affiche un côté délayé sur tempo lent. Une mélodie aux arpèges dilués soutenue par des chœurs insistants pour une parfaite alliance entre sobriété et intensité. La reprise du « Chelsea Hotel # 2 » de Leonard Cohen, mérite vraiment le détour, Kristoffer en fait une revisite somptueuse sans en dénaturer son essence originelle. Avec « You Need Not Stay (Away) » le piano tient le devant, et Kristoffer délivre une performance vocale de haute volée.

Une fois de plus Kristoffer Gildenlöw nous emmène dans des cieux étoilés d’une beauté mélancolique exceptionnelle !

Formation du groupe

Kristoffer Gildenlöw / Basse, Chant - Avec: - Dirk Bruinenberg (7 Miles to Pittsburgh, Patrick Rondat) / Batterie - - Jeroen Molenaar / Batterie - - Fredrik Hermansson (Pain of Salvation) / Piano - - Marcel Singor (Kayak) / Guitare - - Paul Coenradie ( Valentine) / Guitare - - Jan Willem Ketelaers (Knight Area) / Choeurs - - Erna auf der Haar / Choeurs - - Maaike Peterse (Kingfisher Sky, Ayreon) / Violoncelle - - Ola Sjönnerby / Brass

🌍 Visiter le site de Kristoffer Gildenlöw →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Islands

Par The Flower Kings

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *