Rixile Elixir

Par

(3 sur 5) / Autoproduction
Categories
Instrumental New Age Rock Progressif

Le Dr John Kline est titulaire d’un doctorat en psychologie. Il est également l’auteur de nombreuses publications scientifiques ayant pour sujet les neurosciences ou encore la psychopathologie. Vous l’aurez compris, nous n’avons pas à faire à la moitié d’un imbécile.

A ses heures perdues, John Kline est aussi musicien. On le connaît notamment en tant que membre du groupe The Music Therapy Experiment; formation ayant déjà fait l’objet d’articles sur ProgCritique.

Aujourd’hui, c’est avec l’album ‘Rixile Elixir’ que nous retrouvons le docteur. Alors que contient ce mystérieux élixir ? Et bien, 10 titres instrumentaux pour une durée totale de 41 minutes, présentés par l’artiste comme un mélange de compositions et d’improvisations qu’il a baptisé “comprovisations”.

L’album débute par “Neurogenesis”, et dès les premières notes on comprend que John Kline ne nous amènera pas vers des contrées dangereuses, mais plutôt en terrain familier, là où l’oreille est caressée dans le sens du poil, où l’esprit n’est pas perturbé par des ruptures inattendues. C’est donc bien le thérapeute qui s’exprime à travers cette musique qui se veut réconfortante. Ce 1er morceau, plutôt ‘catchy’ en comparaison avec la suite, démontre les capacités guitaristiques du Docteur Kline.

Made It Home” voit apparaître le piano, mais le thème un peu trop ‘enfantin’ nous pousse vers la suite. Malheureusement, “Happy Little Echoes” n’est pas plus convaincant et reste sur le même style.

image

Le titre éponyme “Rixile Elixir” est un palindrome, et d’après l’auteur le mot Rixile signifierait quelque chose comme ‘bonjour du matin’ dans la langue Tsonga.

Il faut pousser jusqu’à “Agent of Change” pour retrouver un petit intérêt musical avec ce morceau au penchant jazzy, sa basse roulante très présente, et son solo de guitare du Docteur shredder.

Retour à la joie et la bonne humeur avec “Drive to Mobile”, le morceau idéal pour illustrer les trajets au milieu des grands espaces américains d’une série romantique sur Netflix.

Passée l’entame de “Water Song” et son thème au flutiau que je qualifierai de crispant, le morceau évolue vers une improvisation à la guitare qui cherche un peu ses marques. Retour du piano avec “To the Sky” qui est rapidement rejoint par la guitare électrique et un thème qui semble célébrer un heureux évènement, une renaissance ou quelque chose de la sorte.

L’album se termine sur “Illusion (Life’s Dance)”, titre qui m’a le plus convaincu avec son accompagnement arpégé à la guitare acoustique soutenue par un violoncelle, et sa guitare lead jouée avec une expression qui faisait un peu défaut jusqu’ici. Dommage qu’il n’y ait pas eu plus de morceaux avec le même niveau d’authenticité.

John Kline considère la création musicale comme son élixir : quelque chose qui l’apaise, l’inspire, l’aide à progresser, lui apporte la concentration et la joie. “Rixile Elixir” peut alors être vu comme le résultat d’une activité ayant pour but le bien être de son auteur, et il n’y a aucun souci avec cela. Il se peut même que ce projet musical ait les mêmes effets sur certains de ses auditeurs. Si vous le souhaitez, suivez la prescription du Dr John Kline et appropriez-vous cet album qui pourrait être le compagnon idéal pour vos séances de Shiatsu, ou vos instants de méditation

Formation du groupe

John Kline: Guitares, basse, claviers, programmation

🌍 Visiter le site de John Kline →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *