The Damage Report

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

C’est toujours avec gourmandise que je découvre un nouvel album en provenance de Pologne, tant cette terre musicale nous offre une musique de qualité : Millenium, Retrospective, Riverside, Collage, Believe, Lunatic Soul, Quidam, FREN, … pour citer ceux qui me viennent spontanément en tête.

Plutôt qu’un groupe, Glass Island est un projet musical porté par Wojciech Pielużek, auteur, compositeur et multi-instrumentiste de Wrocław, magnifique ville de l’ouest de la Pologne (dont je vous défie de prononcer correctement le nom sans regarder la transcription phonétique) (*). Après la sortie d’un album éponyme en fin 2021, voici donc ce Damage Report qui m’a immédiatement tapé dans l’œil, ou du moins dans l’oreille et le cœur. Il me reste à ajouter que Krzysztof Tułecki tient la basse et nous voilà prêts à démarrer l’écoute.

image

L’ouverture, « Deer » entretient un certain suspense avec ses sonorités désincarnées avant qu’une délicieuse guitare ne vienne délivrer une superbe mélodie, délicatement harmonisée. Cette douceur est vite contrebalancée dès la seconde piste, « Vanity Unfair », et ses puissants riffs de guitare heavy metal qui étoffent un néo prog musclé et néanmoins très mélodique. Plus âpre encore, « Sleeping With Ennemies » fait dans le hard rock plutôt sombre, du moins jusqu’au break un peu avant les 3’ d’une luminosité incomparable.

Dans un style plus léger, « Cracow Station » permet d’apprécier la belle voix de Wojciech Pielużek accompagné d’une guitare rythmique funky à souhait. La piste la plus développée de l’album, « Ages », alterne avec bonheur hard rock lourd et rock mélodique aérien, dont un passage au Mellotron (ou équivalent numérique), avant un final qui reprend tous les canons du hard rock d’école. Beaucoup d’inventivité instrumentale dans ce morceau.

La piste-titre, « The Damage Report » laisse s’exprimer le piano dont les accords lents encadrent un chant plein d’allant accompagné d’une rythmique nerveuse. Un nouveau refrain à la mélodie mémorable vient nous combler les oreilles.

« Something Must Be Done » est sans doute ma piste préférée, pas la plus complexe musicalement, mais dotée d’un thème d’abord énoncé à la guitare, de ceux qu’on a l’impression d’avoir toujours connu. Bref, on se laisse facilement transporter par cette feel good music et ce morceau d’art rock d’un optimisme communicatif.

Dans « Sincerely Yours » on sent à nouveau que la guitare démange notre musicien qui nous offre une belle performance de hard rock instrumental avec riffs et solos façon Black Sabbath. « Postscript » clôt l’album avec une autre superbe mélodie.

Au final cet album combinant agréablement néo prog souvent musclé et art rock mélodieux à souhait est une vraie réussite. Well done Mr. Pielużek !

(*) La mode typiquement française et passablement agaçante de francisation des toponymes étrangers en a même fait Vratislavie…

Formation du groupe

Wojciech Pieluzek : tous les instruments - Krzysztof Tulecki : basse

🌍 Visiter le site de Glass Island →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *