Hyperuranion

Par

(4 sur 5) / RareNoiseRecords
Categories
Atmosphérique Jazz-Rock Rock Electronique Rock Progressif

Chat Noir publie « Hyperuranion » et d’entrée de jeu je le dis, cet album est très intéressant et ceci pour plusieurs raisons. Je trouve la musique aérée, dynamique et prenante, elle est interprétée à la perfection et tisse un ensemble de mélodies synergiques et malgré tout indépendantes. Le plus convaincant à propos des huit titres (le neuvième étant une reprise), reste l’audace et l’originalité d’un son remarquablement mis en œuvre. Au demeurant, peu d’artistes ont cette capacité à laisser chaque instruments évoluer d’eux-mêmes, comme libres de toutes contraintes. (L’ hyperuranion de Platon est le royaume, qui sous-tend tous les phénomènes et expériences sous une forme idéale).

Aujourd’hui, Chat Noir distille un album hyper travaillé avec une mise en bouche des plus attrayantes, le fédérateur « Blisters » , où l’association des rythmes techno et des envolées sur des riffs rock survoltés est la preuve cinglante du savoir faire de la formation. Ampleur musicale et puissance maîtrisée, « Humanity » qui profite de l’intervention immatérielle de la trompette de Nils Petter Molvaer, possède un rythme épais doublé d’une combinaison de sons contemporains et avant-gardiste.

Le groupe  à cette faculté à faire côtoyer le côté abrupt et fusionnel de ses racines jazz et éléctronica à celui plus chatoyant de concepteur de belles mélodies. « Immediate Ecstasy » flirte avec tous ces codes sonores et nous offre un titre accessible à l’atmosphère planante et hypnotique. Chat Noir imprime une fois pour toute sa marque personnelle, « Matador Insects » et « Quasar » prolongent la flamme d’une belle créativité forte et unique.

« Hyperuranion » dévoile sa force au fil de l’écoute et le panachage musical de l’opus ne peut que nous réjouir. Un voyage hors du temps avec des musiciens qui ont un sens éprouvé du rythme, Chat Noir joue, frémit, vibre et balance un aréopage de titres d’une alchimie parfaite !

Formation du groupe

Michele Cavillari: claviers; --- Luca Fogagnolo: basse --- Daniel Calvi: guitare, synthés --- Moritz Baumgartner: batterie --- Nils Petter Molvaer: trompette (2, 5, 6, 9).

🌍 Visiter le site de Chat Noir →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *