Revel In Time

Par

(4 sur 5) / Inside Out Music
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

Pour son troisième effort, « Revel In Time », Arjen Anthony Lucassen’s Star One a élargi sa palette sonore en renforçant son côté heavy rock, en opposition à son précédent album « Transitus » très cinématographique, presque une comédie musicale. Côté line-up, il y a un changement par rapport aux précédents Star One, les deux premiers avaient le même casting de quatre chanteurs : Floor Jansen, Russell Allen, Damian Wilson et Dan Swano, mais pour « Revel In Time », Lucassen a choisi de présenter un chanteur différent pour chacune des compositions. Ce nouvel album propose onze pistes qui s’inspirent de films traitant d’une sorte de manipulation du temps.

Le morceau d’ouverture, le puissant « Fate of Man » imprime d’entrée qu’elle sera la direction principale de l’opus, au menu : De l’énergie à tout-va et des mélodies qui vous donnent une envie folle de taper du pied. Ça continue dans « 28 Days (Till the End of Time) » à l’ambiance Deep Purple et un « Prescient » à l’aspect moins direct, mais franchement plus prog. Ces trois titres sont, à mon avis, les points forts de cet album. Dans une moindre mesure, le même enthousiasme est préservé dans l’accrocheur « Back from the Past », un hard rock dans la plus pure tradition.

image
image
image

Après avoir donné les titres qui m’ont le plus enthousiasmé, permettez-moi d’ajouter qu’il y a encore de la place pour d’autres pistes qui valent le détour. Je passe sur l’éponyme, « Revel in Time » où la prestation de Brandon Yeagley est top, mais c’est le genre de composition trop convenue et maintes fois entendue. On repart du bon pied et du fait sur mesure pour Joe Lynn Turner avec « The Year of ’41 », longue épopée au long cours, mi-prog mi-heavy, propice aux nombreux développements et aux soli enflammés de Joel Hoekstra. Le charme de la voix de Damian Wilson enchante le concis et puissant « Bridge of Life », suivi des ambiances progressives et dynamiques de « Today is Yesterday » où se posent le chant vigoureux de Dan Swanö et le Moog de Lisa Bella Donna.

Une mélodie forte et beaucoup de bonnes idées parcourent « A Hand on the Clock » magnifié par une Floor Jansen impressionnante, avec détermination cette composition épique vous aspire dans sa dimension intemporelle. Un vigoureux, « Beyond the Edge of it All » avec un incroyable riff accéléré qui se glisse entre les couplets et refrains de John Jaycee Cuijpers. L’album se termine sur le titre le plus long (09:46) « Lost Children of the Universe », atmosphère cosmique et claviers heavy, avec diverses références à Symphony X et Dream Theater. Une ouverture lente, mais qui se déplace rapidement sur un terrain rock symphonique progressif au rythme effréné du chant de Roy Khan et des chœurs du Hellscore Choir, sans oublier les interventions illuminées de Steve Vai à la guitare.

Cette troisième production de Star One n’est ni trop lourde ni trop légère, les onze compositions de « Revel In Time » se révèlent être exactement ce à quoi un album de métal progressif devrait ressembler. Si, comme moi, vous aimez ce genre musical, vous apprécierez sûrement cet opus.

Formation du groupe

Arjen Lucassen : guitares, basse, claviers et chant - Ed Warby : batterie - Erik van Ittersum : Solina Strings - Marcela Bovio : chœurs - Irene Jansen : chœurs --- Avec : 1) Fate of Man: Chant: Brittney Slayes - guitare solo: Michael Romeo - 2) 28 Days (Till the End of Time): Chant: Sir Russell Allen guitare solo: Timo Somers - 3) Prescient: Chant: Micheal Mills et Ross Jennings - 4) Back from the Past: Chant: Jeff Scott Soto guitare solo: Ron Bumblefoot Thal - 5) Revel in Time: Chant: Brandon Yeagley guitare solo: Adrian Vandenberg - 6) The Year of ’41: Chantl: Joe Lynn Turner vocalises: Will Shaw guitare solo: Joel Hoekstra synthétiseur solo: Jens Johansson - 7) Bridge of Life: Chant: Damian Wilson - 8) Today is Yesterday: Chant: Dan Swanö Moog synthesizers: Lisa Bella Donna guitare solo: Marcel Singor - 9) A Hand on the Clock: Chant: Floor Jansen Hammond solo: Joost van den Broek - 10) Beyond the Edge of it All: Chant: John Jaycee Cuijpers_ guitare solo: Arjen Lucassen - 11) Lost Children of the Universe: Chant: Roy Khan chœurs: Hellscore Choir guitare solo: Steve Vai

🌍 Visiter le site de Arjen Anthony Lucassen's Star One →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.