Les plus appréciés

Rock Mélodique !

ParGabriel 24 novembre 2015Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Crossover Prog  /  Void Contact – Many Happy Returns

Void Contact

 / Many Happy Returns


(4.5/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  Crossover ProgRock Progressif

Formation:  David McHenry (lead vocal, keyboard, percussion, drums) Mark Horwitz (brass, flute, fifre, keyboards) Rachel McHenry (bass, backing vocals) Amelia McHenry (backing vocals) Rick Vito (lead/rhythm guitar, bass) Jim Hoke (woodwinds) Ryan West (rhythm guitar, engineer) Carter Scott (backing vocals, lead/rhythm guitar, keyboards) Michael Killen (backing vocals) Dale Russell (guitar) Bob Teesdale (bass) Rich Adams (percussion) Arvel Bird (violin) John Catchings (cello) Beau Bristow (lead guitar) Mike Roberts (lead/rhythm guitar) Phil Smiedt (lead/rhythm guitar)

  • 1. What
  • 2. Market Square
  • 3. Rainy Day
  • 4. Round and Round
  • 5. Hard for Me to Let Go
  • 6. Face Ourselves
  • 7. Love That I Have Found
  • 8. New Idea
  • 9. Hold Your Head Up
  • 10. Testify
  • 11. Since She
  • 12. Look the Other Way
  • 13. Love That I Have Found (Instr)
  • 14. What

« Many Happy Returns » comme le disent si bien les membres du groupe Void Contact, est une collection de chansons ayant pris énormément de temps à être publiées, les premières compositions remontent en effet au début des années 90.

Le membre fondateur David McHenry (vocal, clavier, percussions, batterie), a réunis autour de lui de nombreux musiciens, qui chacun ont apporté une sensibilité et un style particulier, à chaque titre de l’album, leur faisant prendre une direction parfois différente de celle voulue initialement par l’auteur.

Void Contact, c’est aussi une affaire de famille qui a énormément aidé à la création du projet « Many Happy Returns ». L’épouse de David McHenryAmelia, et sa fille, Ray, ont contribué à la musique et aux vocaux, le neveu, Ryan, joue de la guitare et la fille aînée, Sondra, a créé la partie graphique.

Quatorze pistes courtes, la plus longue affiche 4,45 min, cinq morceaux composés dans les années 90 et sept titres récents, agrémentés de deux reprises. Une musique intemporelle proche d’Electric Ligth Orchestra et des Beatles parsemée de-ci de-là de touches progressives.

Si nous décortiquons les morceaux nous pouvons dire que « What’s Going On » est un pur éclat, un rock Beatlesien, avec un refrain contrebalancé par l’intervention de cuivres de toute beauté. « Market Square » une composition proche d’ELO, où synthés, cordes, chœurs et riffs de guitares sont ensembles dans un tourbillon musical. « Rainy Day » guitares savoureuses, rappelant Georges Harrison, balade mélancolique, simple mais efficace. « Round and Round » plutôt folk-country avec ses interventions de flûtes et fifres de Mark Horwitz,  appuyé par le timbre de la voix de David McHenry particulièrement bien mise en valeur…

« Hard for Me to Let Go » mid-tempo pour ce soft rock à la mélodie enjôleuse, « Face Ourselves » mélodie pop rock pour ce dilemme éternel, quelques solis de guitares plus que bien pensés au milieu du morceau. Orchestration symphonique théâtrale pour « Love That I Have Found« , et son histoire sans cesse renouvelée. Retour vers les années 60/70 avec « New Idea » la surf music des Beach Boys n’est pas loin. « Hold Your Head Up » rock formaté FM, hyper mélodique, le refrain vous prend et ne vous lâche plus. Un reggae « Testify » pas désagréable à entendre, mais qui n’apporte rien à l’album, « Since She’s Been Gone » une grande émotion, mélodie délicate et entraînante, des chœurs dynamiques réglés comme du papier à musique. « Look the Other Way » rock progressif de bonne facture pour conclure.

Les deux reprises : « Love That I Have Found » rejoué en instrumental, et pour conclure « What’s Going On »  l’introduction de celui-ci rejoué seulement 22 secondes.

Cet album dégage à travers ses titres, une atmosphère empreinte de sérénité et de bien être, mettant en vedette la qualité des compositions et des textes pour nous permettre d’apprécier à sa juste valeur l’expérience de ses interprètes,

Un presque sans faute de Void Contact, précipitez vous pour vous procurer cet excellent album !


Genres:
  Crossover ProgRock Progressif
Visiter le site de Void Contact
cette critique a été partagée 0 fois
 200
A propos de

 Gabriel

  (281 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.