The Divide

Par

(4 sur 5) / Esoteric Antenna | Cherry Red Records
Categories
Rock Progressif

J’ai découvert Tony Patterson en 2014 avec la sortie du superbe « Northlands » (avec Brendan Eyre). J’ai poursuivi en 2016 avec le non moins superbe « Equations Of Meaning ». Et nous voilà au début 2020 avec « The Divide », cosigné avec son compère Doug Melbourne, tous deux membres du tribute band ReGenesis.

Très loin des flamboyances genesiennes, Tony Patterson est le maître des atmosphères cools, des mélodies nonchalantes et des harmonies suaves. Appelons ça du soft prog. « The Divide » ne déroge nullement à ce style, si ce n’est des morceaux souvent un peu plus rythmés et plus pop que dans les deux albums précédents.

Commençons par les passages glacés d’« Antartica », avec sa boite à rythme façon « Duchess » de Genesis, et à la voix finalement assez gabriélienne de Tony Patterson, mais sur une image sonore très éloignée du lyrisme musical et vocal de Genesis.

On quitte l’hypnotique paysage glacé pour un « Fake News », bien d’actualité, électro-pop à souhait. On passe à « Making It Great Again », qui se développe sur un rythme et un tempo proche d’« Antartica ». Viennent le très optimiste « Next Generation » et le très harmonique « Leave This Town » avec son piano, et dans un style très proche des précédents albums de Tony. Puis c’est la pulsation très électronique de « Man On TV », le smooth jazz de « When The Evening Comes » (j’adore !) et la calme ballade au piano de « More Beautiful ».

Allez, on termine avec le très électro « One More Thing » (pas mon préféré …), puis l’orchestral « Autumn’s Left Quieter » avec son piano et ses magnifiques harmonies en demi-teinte. Du très beau boulot !

Le duo Tony Patterson et Doug Melbourne nous délivre un album avec beaucoup de synthés et de boite à rythme programmée, parfois nettement pop. En résumé « The Divide » n’est pas un album franchement prog, en tous cas moins que ses prédécesseurs, mais c’est de la vraie bonne musique pour qui aime ce style cool et très mélodique. N’est-ce pas le plus important ?

Formation du groupe

Tony Patterson (ReGenesis, Nick Magnus, John Hackett) - chant, programmation, guitares, flûte - Doug Melbourne (ReGenesis) - claviers, programmation, chœurs - Avec: Jamie Fisher - batterie (piste 4) - Fred Lington - saxo et cor (piste 7) - Clara - chant (piste 1) - Siobhan - chant (pistes 3 & 7)

🌍 Visiter le site de Tony Patterson & Doug Melbourne →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

La Tierra

Par Bernard and Pörsti (The Samurai Of Prog)

4.7 sur 5

Giants

Par Days Between Stations

4.3 sur 5

Commentaires

  1. c l album que j écoute le plus en moment, que j écoute le matin surtout , j adore la voix Tony Patterson agréable et paisible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *