HEX

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Juste un an après « Foxholesque« , les musiciens espagnols, toujours sous la houlette de Jonah A. Luke, reviennent à la charge avec un nouvel album intitulé « HEX ». Surprenant et imprévisible tels sont les qualificatifs que l’on pourrait appliquer à The Foxholes au sujet de ce dernier album. Un opus entièrement instrumental dédié à la sorcellerie.

Habitué à pratiquer un rock progressif mâtiné de rock alternatif et parfois même de pop, le groupe prend avec « HEX » un virage à 180 degré et décide courageusement avec cette dernière production de nous embarquer dans un rock progressif pur et dur comme au bon vieux temps.

Six pistes qui abordent avec ingéniosité de nombreux thèmes originaux et comme à leur habitude le souci de la qualité mélodique est toujours présent, que ce soit dans les mid-tempo aux notes claires et détachées, ou dans les morceaux plus pêchus aux riffs cinglants.

En introduction trois titres, relativement courts, l’éponyme Hex (02:02), Quarz (04:21) et Elvira (03:20) qui pratiquent un progressif typique comme on n’en fait plus. Des climats simples et puissants qui balayent des atmosphères ténébreuses et exaltantes qui régnaient en maître dans le prog des seventies. Mais ici pas de conservatisme saugrenu, The Foxholes pratique avec brio dans ‘HEX’ une musique sans âge avec une classe insolente.

image
The Foxholes

Le quatrième titre, « Corey » (12:35), se construit avec maestria sur une mélodie répétitive, ample, belle et profonde où l’intervention d’une chorale, la Societat Coral « El Vallès », apporte avec cet ultime mélange une richesse symphonique qui colle parfaitement aux différentes ambiances de la composition. Cinquième et dernière plage, « Hexe » (15:00) à la moelle épinière synthétique s’insinue dans nos neurones de manière précise comme le scalpel d’un chirurgien. Une musique accessible et mélodique qui enchante dès les premières notes, une limpidité héritée des dinosaures du genre comme Ash Ra Tempel et Tangerine Dream.

Sur le CD au packaging attrayant, figure un sixième titre ‘Bonus’ « Escaparatismo 1 », un réenregistrement pour une revisite de la première piste de l’album ‘Escaparatismo Cósmico’ sorti en 2013. Une alternative rock qui décape s’opposant aux précédents titres plus timorés.

Véritable ovni dans la carrière de The Foxholes, « HEX » est un album hybride qui séduit parce qu’il évite les pièges toujours possibles dans ce genre d’entreprise. Un beau retour dans les contrées d’un rock progressif ambitieux, précipitez-vous sans retenue sur cet album à la saveur intemporelle !

Formation du groupe

Jonah A. Luke : Guitares et programmation - Ángel Millán : Batterie et percussions - Max "Mojo" Moritz : Sandberg E-Bass - Javi López : Violon (2) - Maese 1001 : Programmation supplémentaire (3) - Societat Coral "El Vallès" : Chœur (4) - Abel Sequera : Batterie supplémentaire (5) - Txosse Ruiz : Producteur musical et ingénieur du son - Pep Miralles : Assistant ingénieur - Michael C. Hsiung : Artwork

🌍 Visiter le site de The Foxholes →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Spectrum

Par Riccardo Romano Land

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.