Endless Mystery

Par

(4.5 sur 5) / Muséa
Categories
Rock Progressif

Le groupe hexagonal Siiilk, dont nous avions chroniqué le premier opus « Way To Lhassa » en 2015 (https://progcritique.com/2015/12/siiilk-way-to-lhassa/) revient avec un nouvel album « Endless Mystery » . Il faut chercher  les  influences de Siiilk vers des groupes comme Camel et Pink Floyd, mais pas seulement, puisque des références aux musiques traditionnelles (Indiennes, etc…) sont aussi présentes dans certaines compositions. Le groupe a de forts arguments pour plaire au plus grand nombre, grâce à une musique hyper mélodique qui comprend en elle des moments complexes mais pas inaccessibles, le tout mis en forme par des musiciens de premier ordre.

Au  niveau  des  compos,  c’est  du  béton,  le serein et calme  « Inner War » qui  ouvre  ce C.D. est la représentation parfaite du style de Siiilk, sur une mélodie évanescente au refrain mémorable s’opposent riffs tranchants et breaks techniques, un must ! « Endless Mystery » et « Black Old Train » , opèrent quant à eux un fantastique retour en arrière, on se croirait revenu au bon temps de Pulsar (France), qui savait lui aussi composer des titres d’une lancinante beauté. Beaucoup plus aventureux et exotique « Merging » , qui après un départ dans les embruns moites de la mélodie, emporte l’auditeur dans un final surprenant, mais qui s’inscrit tout de même dans la grande tradition progressive.

Les paysages sonores s’épanouissent au fil de l’album, « Escape » , « Drifting Words » et « Questions » permettent de découvrir des parties de guitares plus délicates les unes que les autres et d’apprécier la chaleur du chant de Richard Pick et Catherine Pick. Les morceaux s’enchaînent les uns aux autres, l’alliage traditionnel folk/indien et mélodies progressives fonctionne ici à merveille, les deux titres qui mettent un point final à cet opus en sont la preuve flagrante, « Green Boy » puis « Ultimate » déroulent leurs mélopées vaporeuses en ne s’embarrassant d’aucune forme d’artifice et filent ainsi droit au but, dans le cœur du mélomane.

Vous devez vous en douter, la musique de « Endless Mystery » m’a transporté morceau après morceau dans un plaisir croissant, à votre tour de saisir la belle opportunité ! 

Formation du groupe

Richard Pick: Chant, guitare acoustique, textes.--- Gilbert Gandil: Guitares électriques et acoustiques, dobro, claviers additionnels.--- Jacques Roman: claviers, piano, synthetiseurs, mellotrons.--- Catherine Pick: chant, piano,harmonium indien.--- Attilio Terlizzi: batterie.--- Guillaume Antonicelli: guitare basse ........... Guests:... Roland Richard ( de PULSAR ): clarinette sur "Green boy" Belhole Mushtaq: tablas indiens sur "Drifting words"

🌍 Visiter le site de Siiilk →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *