Broken Branches

Par

(3.7 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Relayer, voilà un groupe qui annonce clairement ses références ! Faut-il entendre par là que le groupe est un YES-like ? A l’écoute du 6eme et dernier album de ces américains, je dirai plutôt non, pas spécialement. Je ne connais (pas encore) les 5 précédents, mais le survol des 11 pistes de « Broken Branches » me fait plutôt penser à un style AOR et à des groupes tels que Styx, Starcastle, Kansas post-Monolith, quand ça n’est pas Supertramp ou BJH … très song-oriented comme disent les anglo-saxons.

Relayer, formé dans les années 90 n’est évidemment pas un groupe de débutants et a sorti 3 albums dans la période 1994-2000, ensuite il faut attendre 2008, puis 2019 pour les numéros 4 et 5.

image

Le ton est donné dès l’entame, « Paradigm », une mélodie fort plaisante et un bel enthousiasme musical pour un morceau rock de structure assez conventionnelle. On peut dire à peu près la même chose des 2 pistes suivantes, « Here Me Out » et « Turnaround ». J’aime assez l’intro guitare et basse de « Protectors », puis le chant (John Sahagian), pour un morceau un peu plus inventif rythmiquement et harmoniquement. Un autre rock court conventionnel, « Something’s Changed », toujours aussi mélodique, donne à entendre un peu de guitare électrique, avant de lancer « Mouse In The Mill », l’une des deux pistes les plus développées, rien d’excessivement progressif cela dit.

Guitare acoustique et Mellotron pour le délicat « Ghost », avant d’aborder « Halfway Home » et ses 7’30. Après une courte intro sur un motif polytonal au piano, la musique prend un tour plus épique et plus progressif que le reste de l’album. Sans doute la meilleure piste de l’album. « Solstice Suite » est un intermède instrumental avec quelques consonances néoclassiques et des passages assez acoustiques, avant un « Way Too Long » Supertrampesque et une courte ballade conclusive, « Twilight » assez lumineuse avec un intéressant solo de guitare.

Verdict : le quatuor formé de John Sahagian, Tom Burke, Bill Kiser et Tim LaRoi nous propose ici un nouvel album dans un style AOR plaisant, très mélodique, fort bien exécuté, qui revendique clairement des influences pop-rock voire neo-prog du passé, mais avec un son moderne et une excellente production. Allez, un peu plus d’aspérités et de piment dans la musique et ça serait parfait !

Way Too Long
image

Formation du groupe

John Sahagian : chant, claviers - Tom Burke : basse, chant - Bill Kiser : batterie, chant - Tim LaRoi : guitares

🌍 Visiter le site de Relayer →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

No Air

Par Perfect Storm

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *