Boundless Eternity- Hereafter Torment

Par

(5 sur 5) / Abxenith Noise
Categories
Rock Progressif

Le premier album « Boundless Eternity- Hereafter Torment » de Prefers to Hide in the Dark est sorti en mars 2022, il contient quatre longues pièces conceptuelles dont les thèmes principaux évoquent ‘des situations personnelles qui nous ont touchées profondément et nous ont, par la nature même de celles-ci, isolées du monde insouciant qui nous entoure’. L’auteur-compositeur Paul Samber (Mucous Lavender, Salted Wounds) et le chanteur Rob Poston (Concordat, Kolobus) ont assemblé le projet aidé en cela par la batterie de Diane Galen (Chasmhead, Radio Eroticism), la basse de Sam Higgins (Kyros, Great Manta) et les trompettes d’Adam Heaton.

Un album plutôt sombre, à l’image de sa pochette, et qui dans son ensemble offre des compositions aux textures complexes et sophistiquées. Il s’ouvre sur l’envoutant « Boundless » qui dans sa première partie se propulse sur le rythme hypnotique du synthé auquel s’ajoute le chant, à l’harmonie vocale d’opéra, sombre et grave, puis la mélodie évolue mélangeant adroitement un progressif aérien à quelques accents de rock alternatif en s’appuyant sur une section rythmique plus dense,

« Eternity » se caractérise par des sonorités flirtant avec un métal progressif moderne et des changements de tempo assurés par une rythmique solide et élaborée. Les solos de guitares sont précis et réguliers, ils s’alternent dans une osmose parfaite avec les parties vocales intenses.

image

La trompette ouvre « Hereafter » et introduit un chant plaintif et sinueux pour ensuite s’évanouir sur les arpèges d’une guitare acoustique. L’intensité augmente au fur et à mesure du déroulement de la composition, montrant une facette plus délicate du son du groupe, celui-ci devient plus aérien et vaporeux, mais toujours passionné. Les instruments à vent ajoutent, dans la partie médiane de la piste, un plein d’émotion et de gravité tant dans la partie vocale qu’instrumentale.

L’album se clôt sur « Torment », le morceau le plus long (+ 13’) s’ouvre sur une intro dynamique et un chant chaud et expressif. Les riffs de guitare sont massifs et la section rythmique puissante, elle balaie les excellents développements mélodiques qui évoluent entre des passages plus éthérés et d’autres plus heavy. Les thèmes sont variées et d’un niveau technique élevé, certainement la pièce emblématique de l’album.

Prefers to Hide in the Dark produit un premier album passionnant de bout en bout d’un rock progressif ingénieux et jouissif comme l’on aimerait en entendre plus souvent. Un concurrent sérieux pour l’album du mois !

Info : Le groupe a déjà commencé à travailler sur un deuxième opus, qui développera les bases posées par « Boundless Eternity, Hereafter Torment« .

Formation du groupe

Paul Samber (Mucous Lavender, Salted Wounds) - Rob Poston (Concordat, Kolobus) - Diane Galen (Chasmhead, Radio Eroticism) - Sam Higgins (Kyros, Great Manta) - Adam Heaton.

🌍 Visiter le site de Prefers to Hide in the Dark →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *