In The Passing Light of Day

Par

(5 sur 5) / Inside Out Music
Categories
Métal Progressif Rock Progressif

« In The Passing Light of Day«  est le dixième opus du groupe Pain of Salvation qui fait un retour vers un son plus lourd et gras, effectuant un travail innovent important sur cet album, tant au niveau des textes que de la musique. Dix titres relatant le calvaire subit par Daniel Gildenlöw (Chanteur et Guitariste) qui a souffert, ces dernières années, d’une sérieuse infection bactérienne (une fasciite nécrosante, appelée aussi bactérie mangeuse de chairs). Les paroles tissent l’histoire du ressenti de la maladie, les reflections et les états d’âme engendrées par celle ci.

Pain of Salvation a toujours évolué sans se répéter pour composer des morceaux de premier ordre, la passion a toujours été de mise pour faire triompher la musicalité, l’originalité et comme prévu, la réussite est au rendez vous. Car Pain of Salvation pratique une musique élaborée et complexe qui s’inspire principalement de débordement mélodique proche d’un rock métal progressif.

Les compositions de Pain of Salvation s’ouvrent à des paysages sonores exaltants, cet album épique est sûr d’être considéré comme l’une des plus belles réalisations du groupe depuis « The Perfect Element » et « Remedy Lane » . Gorgée de nouveautés et portant leur songwriting à un niveau supérieur, il poursuit néanmoins le chemin tracé auparavant et conserve toutes les choses que nous aimions précédemment. Mais là où nos amis suédois surprennent, c’est dans la manière de dérouter l’auditeur comme sur le premier titre de l’album « On A Tuesday » où après les riffs exaltés de la guitare électrique, Daniel Gildenlöw nous murmure à l’oreille en réponse au chant juvénile de Ragnar Zolberg et ce jusqu’au final symphonique, somptueux et mélodique. L’original « Meaningless » privilégie les riffs tranchants et les trames syncopées pour définir un contour musical ébouriffant, suivi de « Silent Gold » qui amène précieusement et délicatement une touche douce amère à la musique énergique déployée par Pain of Salvation, le tout servi par une voix irréprochable, émouvante et grave. Les pistes plus ambitieuses ne sont pas non plus absentes, puisque le groupe nous gratifie de « If This Is The End » qui bénéficie d’une approche plus progressive, et plus symphonique à la fois nerveuse et coulante, où l’accordéon fait de splendides apparitions et « The Passing Light Of Day » , très convaincant qui conclut l’opus de fort belle manière et mérite une écoute plus qu’attentive.

« In The Passing Light of Day » un album indispensable, musicalement irréprochable, qui s’écoute de bout en bout, un sans faute !

Formation du groupe

Daniel Gildenlöw : Chant / Guitares, --- Daniel Karlsson : Claviers, --- Gustaf Hielm : Basse, --- Léo Margarit : Batterie, --- Ragnar Zolberg : Chant / Guitares

🌍 Visiter le site de Pain of Salvation →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *