Tumbleweeds

Par

(3.7 sur 5) / M & O Music
Categories
Rock Progressif

Après l’excellent ‘Naked en 2016, Out5ide est de retour avec « Tumbleweeds », leur cinquième et très attendu album, produit par Stéphane BONACCI (Cock Robin, One Armed Man). Out5ide ne peut pas être décrit comme le groupe de rock progressif français le plus prolifique, par contre il est certainement l’un des plus durables.

Avec « Tumbleweeds », le groupe poursuit son approche habituelle avec une collection de dix titres individuels, en gardant un style bien à lui, mélange unique de rock-prog et de rock à la fois explosif et mélodieux. Un album qui parle des peurs et angoisses liées aux attentats.

Croassements de bienvenue en ouverture de « Kids of the Pack », un rock direct, avec riffs percutants et passages vocaux mordants, qui s’aventure occasionnellement sur le territoire de David Bowie. Le suivant, « Fair and Square » s’encanaille avec un métal tonitruant, bien qu’il affiche de vastes envolées et pauses dynamiques et instrumentales. Je passe rapidement sur « Immigrant Throng » qui ne m’a pas séduit, la mélodies tourne en rond et s’étire sur une trop grande longueur. Le titre éponyme ‘Tumbleweed‘ tranche par une introduction surprenante et originale à la trompette. Il comprend de superbes moments, des harmonies riches, et des échanges de guitares inspirées, il s’aventure même, dans son final, vers une approche jazzy.

image

Les 6 minutes de « 9 Am » sont probablement celles du titre le plus ambitieux de l’album, avec en ouverture une salve de batterie et guitares saturées qui me rappellent par certains côtés un de mes groupes préférés, Porcupine Tree. Il intègre un groove musclé soutenu par un long riff, qui, à mes oreilles, semble plus proche du métal traditionnel que du prog. Un piano luxuriant, un chant mélodramatique puissant produisent un titre plus axé sur le refrain que les autres, mais qui laisse tout de même la place à un break instrumental incroyablement rapide et un superbe solo.

« The Kitchen » prend un certain temps à démarrer, pour afficher une tournure progressive à part entière. Le chant sombre de Laurent Hantz ajoute un plus à l’atmosphère lourde de la mélodie, et, sans raison majeure me fait penser par moments au Doors, allez savoir pourquoi ? Il regorge de superbes passages, « Down in Hell », de son introduction aux guitares très présentes, avant de s’ouvrir sur une partie très mélodique et progressive, jusqu’au transitions atmosphériques et planantes des parties instrumentales. Une inclinaison pop/rock alternatif pour « Underground Railroad » et un soupçon de Nick Cave colorie « Drawing for Kids », et fait battre les rythmes de la vie. Et le dernier morceau de l’album, « If », amène certainement l’album à son paroxysme, il y a une réelle intimité sur cette pièce joliment garnie de tranches d’énergie sous-jacentes.

Il s’agit de l’album d’un groupe en pleine maturité, comportant dix compositions très abouties. Et comme on pouvait s’y attendre, « Tumbleweeds » est impeccablement joué, il devrait être apprécié par tous ceux qui aiment un prog intelligemment musclé et dynamique !

Formation du groupe

Laurent HANTZ : chant ,guitare - Olivier SCHAAL : clavier - Matthieu HEISE : basse - Philippe RAU : guitare - Olivier SAPTE : batterie

🌍 Visiter le site de OUT5IDE →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *