A World Of Great Invention

Par

(4 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Graham Dunnington, compositeur et multi-instrumentaliste anglais, est Docteur en Philosophie de l’Université de Hull et auteur d’un mémoire intitulé Domestic Piano Music in Victorian England: The Case of (Edward) Sydney Smith (1839-89). En 2013, il aborde un autre style de musique et se lance dans l’aventure du prog avec un premier album «  A Tapestry Of Tales », et en 2020 sort le 4eme opus, « A World Of Great Invention », tout aussi symphonique que les 3 premiers.

Plongeons-nous à la fin de cette période victorienne qui voit arriver nombre d’inventions qui sont autant de prétextes aux 8 pistes de l’album. On y trouvera dans l’ordre : la révolution du quotidien des gens ordinaires, le timbre-poste, la bicyclette, le grand magasin, le portrait photographique, la disparition des clippers transportant le thé détrônés par les bateaux à vapeur, l’industrialisation de l’agriculture et l’éclairage domestique.

« The World Came Into The Home » permet de découvrir la voix assez caractéristique du Dr. Dunnington, et son style musical également caractéristique, faisant la part belle aux claviers et synthés, déroulant des thèmes amples et parfaitement harmonisés. Le timbre-poste et la bicyclette sont à l’honneur dans « The Letter » et « A New Freedom », musique calme et lyrique pour la première, franchement bondissante pour la ballade à vélo.

Après ces 3 premières pistes plus courtes, les joies du grand magasin (« Inside A World Of Wonder ») s’étalent sur près de 11’ d’une musique joyeuse et bien rythmée. L’intermède « A Moment Captured » est une très belle ballade, qui démarre sur des sonorités de clavecin et poursuit son développement dans un style à la Barclay James Harvest.

« The Great Tea Race Of 1866 » conte sur près de 17’ l’épopée musicale des clippers anglais chargés de ramener le thé en Angleterre. Cette grande course était en fait une compétition entre les plus rapides voiliers des compagnies d’armement britanniques commerçant avec la Chine pour débarquer la première récolte de thé de la saison à Londres en 1866 (merci Wikipédia). On démarre sur ce que j’appellerais une sorte de chanson de marin, puis différentes sections vont s’enchainer dans lesquelles Graham Dunnington démontre sa science musicale. Beau morceau dans l’ensemble, qui manque toutefois d’un peu de surprises ou d’audaces.

Après le grand large, retour à des sonorités plus pastorales inspirées par la mécanisation de l’agriculture (« The Old Ways And The New Ways »). Le très beau chant final « The Meaning Of The Light » est à nouveau une ballade avec un thème et des harmonies amples et lyriques.

Graham Dunnington développe tout son talent dans « A World Of Great Invention » auquel il manque juste un peu plus de contrastes vocaux.

Dans ce style de musique portée par un multi-instrumentiste expérimenté, on peut rapprocher Looking-Glass Lantern d’Elysian Fields (Mark-Jeffrey Dye), ou de Willowglass (Andrew Marshall) : musique symphonique inspirée des passés glorieux mais traités à la sauce moderne. Well done Dr Dunnington!

Formation du groupe

- Graham Dunnington / Interprète, compositeur et producteur

🌍 Visiter le site de Looking-Glass Lantern →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Islands

Par The Flower Kings

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *