Once Around The Sun

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Pour jeune qu’il soit, le groupe écossais Long Earth n’en n’est pas moins composé de musiciens très expérimentés, qu’une série de coïncidences a réunis et a permis la réalisation d’un premier album, « The Source » paru en mai 2017. Et nous voici en ce début 2020 avec une nouvelle galette, « Once Around The Sun », dans lequel nos joyeux Écossais confirment leur affinités pour le rock et le prog des années 80-90. Neo-Prog ? Sans doute. Bonne musique ? Certainement !

« We Own Tomorrow » nous met tout de suite dans le bain, début genre Saga, Marillion des débuts ou Pendragon, au choix. Rythme affirmé, claviers puissants, voix volontaire. Musique conquérante ! « My Suit Of Armour » conte avec douceur les vicissitudes de la vie. Beaucoup de poésie dans cette ballade. Le plus sombre « A Guy From Down The Road » n’est pas le morceau le plus optimiste de l’album puisqu’il parle de … tueurs en série … Rythme imperturbable à la basse et à la batterie et sonorités directement inspirées des groupes des décennies 70-80. Aller, je lâche Uriah Heep à tout hasard. Une deuxième partie quasiment instrumentale avec solo de guitare nous emmène vers une fin apaisée. Quelle pèche !

Nouvelle ballade avec « What About Love ? », jolie mais un peu conventionnel. « The Man In The Mirror », titre utilisé par quantités de groupes et de musiciens, assez court comme son prédécesseur, développe une seule idée musicale, répétée tout au long du morceau, dans un style assez désabusé. Pas mal du tout !

On termine par la longue suite des 4 saisons (« Once Around The Sun ») et la musique se veut ici descriptive, comme l’a déjà fait un célèbre musicien italien dans les années 1700 (je suis sûr que son nom va me revenir !) : optimisme du printemps, chaleur de l’été, transition de l’automne et froideur de l’hiver. Magnifique ballade à la guitare acoustique pour «  Spring » dans le style Barclay James Harvest. Entraînant comme il se doit, « Summer » se termine toutefois sur des synthés atmosphériques qui enchaînent directement sur les sonorités d’« Autumn » et son rythme lancinant et chant mélancolique. Le long « Winter » (plus de 12’) se révèle finalement assez optimiste et pas si froid que ça. Sans surprise mais diablement efficace !

Well done Mike, Gordon, Ken, Renaldo and Martin ! Merci pour cette belle musique , puissante mais jamais agressive, et avant tout optimiste.

Formation du groupe

Martin Haggarty / Chant - - Renaldo McKim / Guitares électriques, Guitares acoustiques - - Mike Baxter / Piano, Synthétiseurs, Hammond C3 - - Gordon Mackie (Abel Ganz) / Basse - - Ken Weir ( Abel Ganz) / Batterie, Percussions

🌍 Visiter le site de Long Earth →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Islands

Par The Flower Kings

4.5 sur 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *