Pageant Of Beasts

Par

(4.6 sur 5) / Bad Elephant Music
Categories
Canterbury Rock Progressif

D’un côté il y a les multi-instrumentistes et de l’autre les groupes bien fournis. Big Hogg avec ses 6 membres se trouve clairement dans cette dernière configuration. Rock progressif style Canterbury avec section cuivre, il faut quelques musiciens ! Avec « Pageant Of Beast » le sextette écossais en est à son troisième opus, le premier étant paru en 2015.

Voyons d’un peu plus près ce Spectacle/ parade de bêtes (traduction approximative). L’intro « Golden Beasts » pour être très courte n’en est pas moins caractéristique : nous voilà plongé dans les sonorités cuivrées des premiers Chicago ! Et pour mon plus grand plaisir, ça ne sera pas la seule incursion dans ce somptueux univers sonore. Vous y rajoutez bien sûr le côté excentrique, voir la douce folie anglaise des années 70 et vous commencez à avoir une bonne idée du style de Big Hogg.

image

Ecoutez plutôt « Here Come The Moles » et « Man Overboard », leurs sections rythmiques enthousiastes, les superbes harmonies jazz aux cuivres, et les différents vocalistes. « Smoking Again » est dans une veine plus blues, tandis que « Willow’s Song » est une ballade toute en délicatesse. Plus jazz, « Red Rum » met en valeur une excellente trompette. Nouvelle ballade, mais avec voix masculine cette fois, « All Alone Stone » et son mid-tempo est un petit régal !

Un joli motif récurrent à la flûte donne du piquant à « Magistellus », assez bluesy et nonchalant par ailleurs. La musique se fait plus grave pour évoquer la vouivre (« Wyverns »). Après 1 minute de délire (« Bouffant Tail ») voici le magnifique « Cat Fool » d’une énergie positive communicative. L’album se termine comme il a commencé, par un choral aux cuivres seuls (« Too Much Belly Not Enough Paw »).

Avec ce « Pageant Of Beasts » le sextette écossais reste fidèle à son style de morceaux courts, parfaitement construits où les idées musicales s’enchainent sans laisser à l’auditeur le temps de s’attarder. Le format et le style rappellent bien sûr Caravan, qui utilisait aussi cuivres et autres instruments à vents. Mais ici, côté développement mélodique les cuivres rivalisent avec les vocaux (pourtant riches de voix féminine et masculine). Une musique très britannique qui fusionne à merveille folk, rock, blues, psychédélique, jazz et un peu américaine aussi avec ses cuivres somptueux à la Chicago ! Et en passant encore une belle réussite du côté de Bad Elephant Music.

image

Formation du groupe

Justin Lumsden : Guitare électrique et chœurs - Sophie Sexon : Flûte et Chant - Ross McCrae : Trombone et piano électrique - Richard Merchant : Trompette, Cornet et Bugle - Nick Gaughan : Batterie, percussions, synthétiseurs et chœurs ; Guitares, Basses et Claviers (7) - Martin Beer : Basse électrique, contrebasse et autoharpe - Avec : Lavinia Blackwall : Chant Mike Hastings : Guitare acoustique, Guitare spatiale (7) - Phil Cardswell : Trompette solo (6) - Rory Clark : 2e Bugle (6) - Georgia Seddon : Chant - Ian Sexon - Narration

🌍 Visiter le site de Big Hogg →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.