Les plus appréciés

Xavier Boscher – Embryogenesis

ParGabriel 7 décembre 2017Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Xavier Boscher – Embryogenesis

Xavier Boscher

 / Embryogenesis


(4.25/5)
Label: Autoproduction   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  Xavier Boscher : Multi-instrumentiste --- Jean-Jacques Moréac (Misanthrope) – basse sur Cells --- Loïc Manuello (Darktribe, Unchained) – guitare solo sur Illumination --- Benjamin Masson (Nebuleyes) – guitar solo sur Cornucopia --- Antoine Monsch – piano & synth sur Embryogenesis

  • 1. Cornucopia
  • 2. Illumination
  • 3. Female Architecture
  • 4. Timelessness Kingdon
  • 5. Hybrid
  • 6. Blastocyst
  • 7. Cells
  • 8. O Négative
  • 9. Embryogenesis

Auteur, compositeur, interprète, Xavier Boscher est un musicien prolifique, sur sa nouvelle production instrumentale « Embryogenesis » il y dévoile un talent plus qu’affirmé, s’épanouissant dans  des ambiances majoritairement progressives. Des riffs tranchants du premier morceau « Cornucopia » un progressif de haut vol qui rappel par ses développements le groupe Yes, aux intros des synthés de « Timelessness Kingdon » , Xavier démontre  une  grande  maîtrise  technique et mélodique.

On retrouve une approche énergique et percutante qui donne l’occasion à des titres comme «Illumination» et «O Negative» d’entendre les guitares et les claviers s’entrelacer dans une ambiance survoltée allant crescendo. Le premier titre paisible et serein de l’opus « Cells » , au climat lumineux déroule sa mélopée sur une ligne de basse (J-J Moréac) qui procure à ce savant mélange de virtuosité et de complexité une beauté de tout les instants. L’album prend son envol et se termine avec une étrangeté, une sorte de rock progressif symphonique qui donne son titre à l’album « Embryogenesis » , une longue pièce de plus de dix neuf minutes qui n’aurait presque pas dépareillé dans le répertoire de Dream Theater, une mélodie accrocheuse qui développe ses rythmes hors normes pour des claviers et des guitares virtuoses.

Xavier Boscher avec « Embryogenesis » va beaucoup plus loin dans l’audace musicale que sa publication précédente ‘Pentagramme’.(http://progcritique.com/2016/12/xavier-boscher-pentagramme/ ). Les neuf titres présents naviguent en permanence dans un progressif inventif, les atmosphères y sont variées et les compositions sont loin d’être froide ou ennuyeuses, ce qui fait sans aucun de cet opus un bon cru !


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Xavier Boscher
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (328 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n’ai cessé d’écouter et d’apprécier ce style musical.
Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.