Les plus appréciés

Fait mouche !

ParGabriel 19 mai 2016Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Huis – Neither In Heaven

Huis

 / Neither In Heaven


(3.75/5)
Label: UNICORN Digital   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  - Sylvain Descôteaux / vocals, keyboards --- - Michel St-Père / guitars --- - Michel Joncas / bass, Taurus bass pedals --- - William Régnier / drums, percussion --- Avec: - Johnny Maz / keyboards -- - Gerben Klazinga (Knight Area) / Keyboards -- - Nathan Vanheuverzwijn / Piano -- - Benoit Dupuis / Keyboards -- - Johanne Laplante / Flute --

  • 1. Neither In Heaven
  • 2. Synesthesia
  • 3. Insane
  • 4. Even Angels Sometimes Fall
  • 5. Entering The Gallery
  • 6. The Man On The Hill
  • 7. The Red Gypsy
  • 8. Memories
  • 9. I Held
  • 10. Nor On Earth

Huis a publié au début de l’année 2014, son premier album intitulé Despite Guardian Angelsil annonce pour mai la sortie de son 2e album, Neither in Heaven.

Huis est un projet musical de cinq membres officiellement formé par Pascal Lapierre (parti en 2014) et Michel Joncas à la fin de 2009. Au fil du temps, quatre autres musiciens talentueux, William Régnier, Sylvain DescôteauxMichel St-Père et Johnny Maz , ont rejoint le groupe

Le titre éponyme « Neither In Heaven » ouvre l’album de manière atmosphérique (piano et synthés) pour mieux préparer l’arrivée de « Synesthesia » qui bénéficie d’une introduction musclée suivie du reste du morceau où se côtoient puissance et acuité mélodique, un bon titre, tout à fait typique de Huis .

On enchaîne avec le très bon « Insane » un instrumental au démarrage acoustique suivi de la montée en force feutrée et toute en finesse de la mélodie agrémentée de solis de guitares et de claviers qui déboulent de partout. Plus conventionnel « Even Angels Sometimes Fall » dans la lignée du dernier Génésis « Calling all stations » un titre poignant débordant d’émotions. « Entering The Gallery » un morceau, mid-tempo, de rock symphonique où les claviers prennent le pas pour imposer une ligne mélodique de toute beauté.

De belles cassures de rythmes « The Man On The Hill » un métal progressif nerveux au refrain captivant,  « The Red Gypsy » un titre mélancolique, vraiment très bon, charmeur et ensorcelant, « Memories » aux envolées lyriques amples et majestueuses, la batterie de « I Held » accrocheuse en diable transcende le titre par ailleurs paré de belle sonorités instrumentales.

L’opus se termine par « Nor On Earth » , la cerise sur le gâteau, 11,42 minutes de rock progressif mélodique et recherché où tous les ingrédients musicaux imaginés par les compositeurs de Huis prennent forme en osmose pour accoucher d’un titre équilibré, abouti et efficace.

Un excellent album pas la peine d’en rajouter !


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de Huis
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (438 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.