Breaking Point

Par

(4.5 sur 5) / Autoproduction
Categories
Rock Progressif

Le premier album Starsong de Rick Miller date de 1983 il en est à ce jour a son 12 ème LP. Rick Miller est un artiste Canadien, Breaking Point son dernier en date est sorti le 13 Avril 2015. Tous les titres sont écrits, arrangés, enregistrés et joués par Rick Miller avec l’aide de : Kane Miller, guitare acoustique et violon. Sarah Young, Flûte. Mateusz Swoboda, Violoncelle. Barry Haggarty, guitare Stratocaster. Will, Batterie Percussion et Ruth Archer, paroles. Design, Patrick Tang. Il dit de lui-même « Mon dernier album, est dans le genre de ce que je appelle Rock Progressif. Ce terme définissant le type de musique qui a été rendu célèbre dans les années 70 par des groupes comme Genesis, The Moody Blues et Pink Floyd. La musique est douce, sombre et mélancolique parce que c’est la façon dont je l’ aime »

Après cette introduction, il est certain  que Breaking Point est un album, qui ne déroge pas aux précédents disques de Rick, avec Neufs titres, dont deux longues plages de 10 minutes pour «Teras of blood» et plus de sept minutes pour «Smoke», et trois instrumentaux, en ouverture «Battlescars», le quatrième titre «suspirar», et le final «The Eyes Of Skye». «Battelscars » morceau instrumental d’ouverture à tendance symphonique illustre bien ce que veut nous dire Rick  «pour embrasser la vérité, nous bataillons avec les mensonges»

la vie n’est que nuances de gris, avec «Shades Of Grey» le titre le plus accessible de l’album très mélodique et planant avec de belles interventions de la guitare électrique. «Tears of Blood» un pur joyau mélangeant à la fois l’aspect aventureux de Rick par la présence d’incursion world music et d’influence parfois jazzy, et toujours la maîtrise des envolées progressives. Le morceau le plus original du disque avec ce titre en espagnol «Suspirar», et en introduction des soupirs qui précèdent une guitare sèche hispanisante, puis la guitare électrique et toujours ces soupirs qui rythme la musique dans un style proche du maître David Gilmour, une réussite. La musique qui coule pourrait illustrer «Deep in the Dark» tout en douceur et volupté proche d’un mantra indien, avec des paroles qui touchent l’âme. L’Avé Maria retravaillé sur une rythmique a la manière de Tangerine Dream ou d’Alan Parson (avec un zeste de techno ?) dans le morceau «Breaking Point», qui donne son titre à cet album, spécial mais jouissif, à écouter de préférence avec le volume à fort niveau,  Rick ne nous avait pas habitué à ce genre d’incartade ! Belle surprise. Beaucoup plus proche de ce que nous propose habituellement Rick, «White Dogs (Including The Raven)» morceau lent et planant, nous raconte les affres de la possession et sa délivrance avec des paroles toujours inspirées et mystiques. Dans votre monde des extrêmes, le noir est blanc la fumée et comme les rêves illustrent «Smoke»,un rappel à Dark Dreams, un des précédents opus de Rick, les rêves sombres ou l’on voit sa mort, fortement bien résumé par une musique langoureuse et paisible avec une flûte enchanteresse. Je sais maintenant que je peux mourir. Car j’ai vu le ciel nous dit Rick. «The Eyes Of Skye» clôt cet album de manière magistrale, sur fond d’orage, une vallée verdoyante apparaît, violoncelle et flûte s’accordent à l’unisson.

Son dernier album surprend par la qualité des compositions et des textes, l’ensemble des titres dégage une atmosphère mélancolique  et agréable, qui vous imprègne tout du long. Breaking Point et un des meilleurs albums de Rick à mettre au même niveau que l’album Angel Of My Soul sorti en 2008 qui était sa référence .

Shades Of Grey

Formation du groupe

Rick Miller guitare, Kane Miller guitare acoustique et violon. Sarah Young Flûte. Mateusz Swoboda Violoncelle, Barry Haggarty guitare Stratocaster, Will, Batterie et Percussions et Ruth Archer, paroles.

🌍 Visiter le site de Rick Miller →

Partager cette critique

👇 Recommandé pour vous

Void

Par Coma Rossi

4 sur 5

Commentaires

  1. Ah oui je confirme un bien bel album, mélodique, envoûtant parfois, et je trouve également le passage techno ou dansant génial.
    Voilà un album qui s’éloigne un peu des poncifs du genre progressif. Je ne suis pas fan de progressif mais cet album est remarquable. Me fait un peu penser à Timothy Pure le groupe américain qui avait sorti 2 ou 3 albums.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *