Les plus appréciés

Free Human Zoo – No Wind Tonight…

ParGabriel 22 mars 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Jazz-Rock  /  Free Human Zoo – No Wind Tonight…

Free Human Zoo

 / No Wind Tonight...


(5/5)
Label: Ex-Tension Records   
Genres:  Jazz-RockRock Progressif

Formation:  Gilles LE REST - batterie, percussion, guimbarde, compositions --- Laurent SKOCZEK - trombone, effets, arrangements --- Samy THIEBAULT - saxophone ténor --- Nicolas FEUGER - basse, contrebasse --- Emmanuel GUERRERO - piano --- Matthieu ROSSO - guitares --- Invités : Camille FRITSCH, chant soprano // Jocelyn MIENNIEL, flûte traversière // Bruno ORTEGA, flûte à bec basse // Jonathan EDO, percussions

  • 1. Prologue CD1
  • 2. Barbarossa CD1
  • 3. Klezmer volutes CD1
  • 4. Die frohlichen kameraden CD1
  • 5. Pitchipoi CD1
  • 6. L'espoir au coeur CD1
  • 7. The Yar CD1
  • 8. My Little Africain Doll CD1
  • 9. Revoir l'aurore CD1
  • 10. Forces vitales CD1
  • 11. Epilogue CD1
  • 12. Curritur CD2
  • 13. Sursum corda CD2
  • 14. Ad vocem CD2
  • 15. Vive valeque CD2
  • 16. Acta est fabula CD2
  • 17. Talitha koum CD2
  • 18. No Wind Tonight CD2

Free Human Zoo publie son nouvel ouvrage, « No Wind Tonight… » un double album qui fait suite au ‘Freedom, Now !’ (http://progcritique.com/2017/05/free-human-zoo-freedom-now/) paru en 2017. Gilles Le Rest principal compositeur et batteur du groupe, est toujours aux commandes mais appuyé par des nouveaux venus, Matthieu Rosso (guitare) et Emmanuel Guerrero (piano). Les anciens musiciens sont aussi bien présents Laurent Skoczek (trombone), Nicolas Feuger (basse) et Samy Thiébault (saxophone).

Ce « No Wind Tonight… » propose sur le premier CD une suite nommée ‘Bab’Y‘- le ravin de la grand-mère’, qui se décline en onze plages et rend hommage aux survivants du massacre de Babi Yar (le plus grand massacre de la Shoah par balles mené par les Einsatzgruppen en URSS, les 29 et 30 septembre 1941). Dans un autre registre, le deuxième CD met en avant une pièce à tiroirs dont l’origine trouve son essence dans celle du ‘Patrimoine Médiéval d’Europe Occidentale (XIIIème Siècle)’ « Curritur Ad Vocem » , et dans l’œuvre des « Carmina Burana » . Pour conclure ce coffret déjà bien rempli, deux morceaux « Talitha Koum » et le titre éponyme « No Wind Tonight » prennent place en fin de galette.

Free Human Zoo évolue dans un univers musical fusionnel (jazz, rock et prog) et telle une secousse tellurique, provoquée par la gravité du thème, la suite épique « Bab’Y » déverse ses notes incandescentes et illuminées. La musique de Gilles crache une avalanche de rythmes syncopés mais aussi des lignes musicales où apparaissent entre deux éclaircies, les noirceurs terrifiantes de nos âmes. Il faut dire que le sujet s’y prête et que le batteur s’en donne à cœur joie, mais pas seulement, car au centre de ce déluge est palpable une mélancolie qui ravive la bienveillance. Deuxième ensemble de titres, « Curritur Ad Vocem » aborde le côté jazz de la formation et le résultat ne se fera pas attendre, tant les lignes mélodiques développées dans les cinq plages sont une bénédiction pour les amateurs d’ambiances enlevées et capiteuses. Le chant de la soprano Camille Fritsch apportant avec parcimonie, une touche baroque à la pièce chantée de cette suite.

En dehors de la fusion débridée des genres, Free Human Zoo s’est servi d’un héritage jazz naturel et classique pour enjoliver sa musique sur les deux derniers titres « Talitha Koum » et « No Wind Tonight… » . Chaque morceau est pénétré d’une atmosphère exclusive, bénéficiant d’un style plus fluide, mais toujours avec cette volonté de construire des mélodies inventives et hors du temps. Un point final qui donne une orientation et une conclusion plutôt sereine à ce « No Wind Tonight… » . Un opus qui transpire d’une émotion sincère et talentueuse et qui s’adresse à un public amateur de belles sensations !


Genres:
  Jazz-RockRock Progressif
Visiter le site de Free Human Zoo
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (507 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.