Les plus appréciés

MOTIS – Déglingo

ParGabriel 29 janvier 2019Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  MOTIS – Déglingo

MOTIS

 / Déglingo


(4.25/5)
Label: Muséa   
Genre:  Rock Progressif

Formation:  MOTIS : Chant Claviers --- Martial Baudoin : Basses --- Tony Carvalho : Batterie --- Invités : Delphine Tissot, chant sur "L'appel des vents" --- Christian Décamps, chant sur "Monsieur machine"

  • 1. La fievre de l'or
  • 2. Cavale
  • 3. Peut-être
  • 4. Somnanbule
  • 5. La Distance
  • 6. Déglingo
  • 7. L'appel des vents
  • 8. Nature
  • 9. Monsieur machine
  • 10. Mars
  • 11. L'effet overview

« DEGLINGO » est le septième album studio pour le multi-instrumentiste Emmanuel Tissot, et son groupe MOTIS. L’opus décline en 9 titres une formule qui déclenche toujours les mêmes effets positifs. Au fil des ans MOTIS ne change pas, mais il se perfectionne, toujours dans le lignée de groupes prog français comme ANGE, Mona Lisa, etc.…. Il applique une recette qui gagne, du progressif judicieusement agencé sur des paroles bien choisies et criantes de vérité.

L’enthousiasme est donc au rendez-vous de cet opus car les idées ne manquent pas, et de ces compositions intemporelles jaillissent des mélopées solides, des ambiances profondes et énergiques. La mélodie enlevée de « La fièvre de l’or » qui ouvre l’album sur des paroles douces-amères est une chanson en colère, mettant en évidence la cupidité, l’avidité de l’être humain et ça marche plutôt bien. Un texte puissant pour le rock « Cavale » qui me rappelle certaines œuvres d’anticipation, étranges et énigmatiques, les images vers une fuite inexorable émergent les unes après les autres de ce titre. Le mid-tempo de « Peut-être » sur un air d’affliction suggestive dû à la gravité du sujet se termine par une impression optimiste. Court mais percutant « Somnambule » demande d’ouvrir les yeux et de nous confronter à la réalité.

Rompre les barrières de « La Distance » , qui pourrait être pour chacun autobiographique, nous engage à découvrir au delà de nos craintes nos semblables. Le « Déglingo » pour toujours aller plus haut est une chanson aux arrangements saisissants, intenses, balayée par la voix puissante et juste d’Emmanuel. Je termine par le fabuleux « Monsieur machine » , avec la participation de Christian Décamps (ANGE) et sa critique acerbe du monde capitaliste.

Je vais arrêter là le descriptif des musiques et des textes à venir, ils sont tous aussi évocateurs et bien écrits. Un album incontournable pour tous les fans de rock progressif français, ou ceux qui aiment la bonne musique.


Genre:
  Rock Progressif
Visiter le site de MOTIS
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (535 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.