Les plus appréciés

MARE IMBRIUM – Lifer

ParGabriel 5 novembre 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Rock Progressif  /  Alternative Rock  /  MARE IMBRIUM – Lifer

MARE IMBRIUM

 / Lifer


(4/5)
Label: Autopoduction   
Genres:  Alternative RockAtmosphériquePost RockRockRock ProgressifRock Psychédélique

Formation:  Laurent Masquelier : Chant, guitare, claviers Thomas Boquet : Guitare lead, choeurs Jérôme Ghigou : Basse Alexandre Fogliani : Batterie

  • 1. Beyond the light
  • 2. Burning man
  • 3. Dead People Orchestra
  • 4. Hard to say
  • 5. i can create
  • 6. interstellar
  • 7. Nothing is enough
  • 8. Please stop breathing
  • 9. safar alruwya
  • 10. The jetty
  • 11. Think im down

Créé au début des années 2000 et après la publication de deux EP autoproduits  en  2013  et  2014  (« in case of emergency » , « an océan »), le groupe français originaire de Cannes, Mare imbrium sort son premier LP « Lifer » . La formation se compose de quatre musiciens, Laurent Masquelier : Chant, guitare, claviers, Thomas Boquet : Guitare lead, chœurs, Jérôme Ghigou : Basse et Alexandre Fogliani : Batterie. Le parti pris du groupe de chanter en anglais, des textes loin d’être anodins, se calque parfaitement bien aux compositions protéiformes de l’opus.

Comment décrire le plaisir de découvrir une musique différente ? Des mélopées qui s’égarent dans les méandres d’un rock tantôt enrichi par les orchestrations de cordes, de cuivres hardcore (Dead People Orchestra), tantôt industrielles (Hard to say), parfois harmonieuses (i can create), souvent astucieuses et toujours acérées (Please stop breathing).

Les titres défilent et étonnent les uns après les autres, il est certain que Mare imbrium ne refuse pas les riffs plombés (Burning man), mais il sait aussi proposer des passages émotionnels (Beyond the light), calmes et inventifs (Interstellar). Quelques touches rétros et psychédéliques viennent enrichir la perception de leur audacieuse musique (Nothing is enough) et (Please stop breathing), où plane l’ombre de Hawkwind. Et puis il y a  ce « safar alruwya » qui vous prend et ne vous lache plus, dans la mouvance d’un Biffy Clyro, un morceau palpitant qui montre aussi le bien fondé de cette créativité à tous les étages, et une vrai délectation d’entendre ces artistes jouer ainsi à la perfection.

Loin de s’agiter autour d’une virtuosité ampoulée, les musiciens du groupe ont réussi à combiner technicité et savoir faire mélodique, libre à chacun d’aimer ou de détester et bien personnellement j’aime le chemin pris par Mare imbrium. L’album est accessible et donc forcément cherche à trouver son aura auprès d’un large public, ce qui ne serait que justice. Ce n’est pas pour autant que « Lifer » et la musique qui le compose n’en demeure pas moins d’excellente facture !

Dead People Orchestra


Genres:
  Alternative RockAtmosphériquePost RockRockRock ProgressifRock Psychédélique
Visiter le site de MARE IMBRIUM
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (438 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.