Les plus appréciés

Morrighans – A Blood Stained Piano

ParGabriel 28 août 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Rock  /  Morrighans – A Blood Stained Piano

Morrighans

 / A Blood Stained Piano


(3.75/5)
Label: Autoproduction   
Genres:  RockRock Progressif

Formation:  Fanny THIBERT (chant, claviers), Laurent WILB (guitare), Richard MANTOVANI (basse), Hervé GAMBONNET (batterie), --- Invités : Georges-Marc LAVARENNE (guitare), Raphael Cartellier (Hammond), Thibault Bernard (guitare), Vincent Sicaud (chant)

  • 1. History Of A Piano
  • 2. A Winter Theater
  • 3. Ordo Templi Orientis
  • 4. The Longest Autumn
  • 5. A Perfect Life
  • 6. Secrets On The Ocean
  • 7. A Drink With Hemingway
  • 8. Lost You There
  • 9. Brick Und Ziegel
  • 10. Requiem
  • 11. Last Note Of A Long Life

Il aura fallu attendre peu de temps pour voir paraitre « A Blood Stained Piano » la deuxième production de Morrighans, en effet leur premier effort date à peine de plus d’un an et demi. L’album narre des histoires de sang qui se sont déroulées autour d’un piano.

Et le tout démarre pour le mieux par « History Of A Piano » , un instrumental, sorte de rengaine névrosée où, bien sur, le piano est roi. Comme autant de chapitres d’un polar les morceaux s’enchaînent de manière méthodique, on commence par « A Winter Theater » , qui assez loin des codes du progressif, entraine l’auditeur sur des notes de piano sautillantes aussitôt rejointent par le chant de Fanny THIBERT, un titre direct , agréable et bien composé. De retour vers un progressif classique « Ordo Templi Orientis » arrive avec ses 8 :37 minutes au compteur, il propose une mélodie immédiate à tendance vitaminée, instrumentation aux petits oignons et refrains imparables en sus. Légèrement moins inspiré, « The Longest Autumn » tarde à prendre son envol et dévoile un côté terriblement prévisible et ce malgré la qualité des différentes parties instrumentales.

Adoptant un style plus dépouillé « A Perfect Life » et « Secrets On The Océan » nous renvoient, dans l’ambiance des compositions du premier album, deux ballades musclées qui présentent assez de développements musicaux dans chacune d’entre elles pour que l’attention soit maintenue. Morrighans a choisit de composer des titres qui sont assez courts et pour la plupart ne dépassant les six minutes, se qui renforce la cohésion et permet d’aboutir à des morceaux coercitifs comme « Requiem » , dont le chant est en français, et « Last Note Of A Long Life » , où bien sur, le piano est omniprésent.

D’une belle cohérence « A Blood Stained Piano » délivre onze titres non dénués d’intérêt. Ici pas de composition à l’architecture alambiquée, mais des mélodies presque toutes immédiates !


Genres:
  RockRock Progressif
Visiter le site de Morrighans
cette critique a été partagée 0 fois
 300
A propos de

 Gabriel

  (429 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.