Les plus appréciés

Extremities – Gaia

ParGabriel 10 août 2018Aucun commentaire
Accueil  /  Métal Progressif  /  Extremities – Gaia

Extremities

 / Gaia


(2.75/5)
Label: PAINTED BASS RECORDS   
Genres:  Métal ProgressifRock Progressif

Formation:  Bart Merkus (Basse), David Luiten (Guitares), Maarten Stoelhorst (Guitares), Pim Goverde (Batterie), Thimo Franssen (Chant)

  • 1. Colossus
  • 2. Circular Motion
  • 3. Emissary
  • 4. Hydosphere
  • 5. War
  • 6. Reanimat
  • 7. Through The Dreamscape
  • 8. The Inward Eye

« Gaia » est le premier album pour le jeune groupe hollandais Extremities. Les huit titres présents sur le CD proposent une musique puissante et sans compromis, qui devrait ravir les fans de formations comme Mastodon ou bien Gojira.

Premier titre de l’opus « Colossus » propulse l’auditeur dans une musique forte et souvent même extrême, le chant et guttural, une composition avec un son imposant et ravageur, pas forcément ma tasse de thé, mais bon, voyons la suite ! Effectivement la musique composée par Extremities est difficile à classer tant la variété des atmosphères et des genres naviguent d’un titre à l’autre, « Circular Motions » et « Hydrosphere » le second et quatrième morceau en sont la preuve, les compositions abordant un métal progressif de facture plutôt classique. Les autres pistes de « Gaia » ne font toujours pas dans la dentelle « Emissary » et « War » bombardent à tout va, la puissance ne cachant malheureusement pas le manque de mélodie et d’originalité. Heureusement « Through the Dreamscape » sort du lot de cette bouillie sonore, mélodie fine et bien composée elle démontre la capacité d’Extremities à trousser de belles mélopées. La pièce finale « The Inward Eye » qui s’étend sur plus de 17 minutes, permet au groupe de jouer une musique faisant référence à l’école d’un rock progressif des années 70/80 avec une introduction à la guitare électrique rappelant avec bonheur le Yes de « Awaken » , le tout parsemé de quelques incursions au sax régulant judicieusement les structures complexes et à tiroirs du morceau.

Beaucoup de potentiel notamment sur la dernière composition « The Inward Eye » où qualité et la variété des thèmes mélodiques sont bien présents. Au final malgré les capacités instrumentales indéniables des musiciens d’Extremities, l’album n’arrive pas à décoller et procure pas mal de frustration à son écoute !


Genres:
  Métal ProgressifRock Progressif
Visiter le site de Extremities
cette critique a été partagée 0 fois
 500
A propos de

 Gabriel

  (416 Critiques)

C’est en 1971 après avoir écouté Aqualung le quatrième album studio du groupe de rock Jethro Tull, que j’ai découvert le rock progressif. Ce fut une révélation et depuis je n'ai cessé d'écouter et d'apprécier ce style musical. Partager ma passion à partir de ce site m’a semblé comme une évidence. Il va me permettre de vous tenir au courant de mes coups de cœur et découvertes, pour la plupart récentes, sans renier toutefois les albums des groupes plus anciens qui ont marqué ces cinquante dernières années.

Laisser un message

Your email address will not be published.